Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

lundi 1 juillet 2013

Le Maghreb toujours en panne

_
    
Al HuffPost, 01/07/2013   
Akram Belkaïd, Tunis                                                    

 
Même peuple, même religion, mêmes langues (l'arabe et le berbère), même culture: il n'y a pas beaucoup de régions aussi homogènes, et pourtant... Les Maghrébins s'éloignent les uns des autres, se connaissent moins bien à l'heure où, internet et réseaux sociaux aidants, ils devraient être encore plus proches que jadis. Un jeune d'Agadir ne sait pas grand-chose d'un jeune de Batna. Pour un habitant de Bizerte, Mers-el-Kebir est aussi loin que Sidney ou Tokyo. Les jeunesses maghrébines, celles qui prendront le relais demain, sont-elles convaincues de la nécessité de construire un Maghreb uni, intégré sur le plan économique ? Ce n'est guère certain. Car, qui parle du Maghreb en dehors des colloques où les mêmes experts se rencontrent depuis des années pour dresser le même constat d'échec, partager les mêmes anecdotes et débattre à fleurets mouchetés ? Les partis politiques, qu'ils soient au pouvoir ou dans l'opposition, ne font pas de cette question une priorité. Les élites ? Elles parlent de la stagnation de la construction maghrébine comme on parlerait d'une mauvaise météo. En la déplorant mais en rejetant toute responsabilité sur les politiques, sur l'Europe qui sait si bien diviser les Maghrébins pour y régner, sur les Etats-Unis, un peu trop velléitaires quant à cette région. Or, dans cette triste affaire, tout le monde est coupable. D'abord les pouvoirs en place, mais aussi les partis politiques, les élites quelles qu'elles soient, à commencer par celles des milieux économiques incapables de s'opposer frontalement à des régimes dont ils ne sont finalement que la clientèle. Quant aux sociétés civiles, à peine naissantes ou encore assujetties aux régimes, elles ne se font guère entendre sur ce sujet tant leurs autres combats sont nombreux. Question: à quand une initiative d'envergure pour réclamer le Maghreb uni ?

Frontière fermée
 
Mais il y a plus grave que l'idée d'une union maghrébine qui s'étiole. Ces dernières années, les tensions récurrentes entre l'Algérie et le Maroc n'ont guère faibli. Bien au contraire. Campagnes de presse haineuses de part et d'autre de la frontière (fermée), déclarations incendiaires d'un homme politique populiste marocain appelant à un recours à la force armée pour construire le «grand Maroc» et «récupérer» des villes comme Tlemcen, Béchar ou Tindouf, absence de dialogue à haut niveau : les deux voisins jouent en ce moment avec le feu et cela ne semble guère inquiéter l'Europe ou les Etats-Unis, deux partenaires de poids dans la région qui pourraient obliger les deux protagonistes à s'asseoir enfin autour d'une même table. Quant à les convaincre de renoncer à la course aux armements dans laquelle ils sont tous deux engagées, c'est déjà une autre histoire...
_

Aucun commentaire: