Retours en Algérie

Retours en Algérie
dernier ouvrage paru (Carnetsnord) lien : http://retours-en-alg.blogspot.fr/

News

Loading...

samedi 23 août 2014

La chronique du blédard : En montagne, en pensant à Jassim

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 21 août 2014
Akram Belkaïd, Paris

Il y a ce moment où débute la marche. Alors que les brumes matinales se dissipent peu à peu, on se force à ne pas être à l’écoute de ses sensations et petites douleurs. La journée va être longue. Très longue. Un point de côté dès les premiers dénivelés, un essoufflement prématuré, une articulation du genou qui grince, des jambes qui paraissent lourdes : il faut faire avec et se rappeler que, là-haut, les choses seront bien différentes, souvent plus difficiles et que celui qui gambade trop vite le matin peut traîner la patte à midi tandis, qu’au contraire, celui qui peine en aval se met à voler en amont…

Il y a ce moment où l’on pénètre dans la forêt de sapins et de mélèzes, impressionné par le calme qui y règne. Il a plu la veille, le sol est encore détrempé et l’odeur âpre des colonies de champignon prend à la gorge. Serein, on avance en étant persuadé d’être observé et que le silence environnant n’est qu’illusion. On songe à ces contes pour enfants où la traversée aventureuse d’un bois symbolise un rite initiatique, le passage à l’âge adulte, celui de l’innocence perdue. On réalise aussi pourquoi les forêts, jadis, peut-être encore aujourd’hui, ont été des lieux de culte car il est impossible de ne pas ressentir la puissance mystique de l’endroit.

Il y a ce moment où tout ou presque n’est qu’herbes hautes et fougères. On pense alors, entre deux ahans, aux Tendres souhaits, poème romantique du dix-huitième siècle mis en musique par Antoine Albanèse. Pendant toute l’ascension, les premiers vers de cette vieille chanson française tourneront sans cesse dans la tête du randonneur : « Que ne suis-je la fougère / Où, sur la fin d’un beau jour / Se repose ma bergère / Sous la garde de l’amour ? ». Chanter pour se donner du courage. Pour canaliser la tristesse qui s’est invitée sans crier gare mais on y reviendra.

Il y a ce moment, magique, où l’on sort de la forêt et où, peu à peu, la rocaille, le granit et l’ardoise commencent à prendre le dessus. Ici, une voie impraticable en hiver. Là, un déversoir d’avalanches. Plus loin, un vieux télésiège qui ne sert plus et dont on se demande s’il n’a jamais fonctionné. Plus on progresse, plus le sentiment de solitude s’épaissit. On est ensemble mais seuls. Solidaires, nécessairement solidaires, mais seuls.

Il y a ce moment – il vient toujours – où la vue d’un alpage inondé de soleil ou d’un nuage laiteux pris au piège de pitons acérés provoque une exaltation soudaine. On reprend son souffle et l’on se dit qu’il suffisait d’attendre un peu, que la récompense de cette débauche gratuite d’efforts est bien là. Que faire d’autre alors si ce n’est de murmurer, un peu bêtement, « Que c’est beau ! Dieu, que c’est magnifique ». L’ascension, aussi difficile soit-elle n’est là que pour servir la contemplation. La contemplation d’un univers de puissance et de forces telluriques destinées à impressionner n’importe quel être humain.

Il y a ce moment où l’oxygène commence à se raréfier. L’instant où tout semble flotter. Maux de têtes, picotements, fatigue, découragement de plus en plus marqué et même hallucinations auditives… C’est l’instant où une petite voix suggère que rebrousser chemin ne serait pas honteux mais l’organisme finit toujours par s’adapter. Et on continue de grimper.

Il y a ce moment, ces moments, où un plissement, un vieux muret, un éboulis, un précipice vertigineux, le tronc calciné d’un arbre foudroyé, un moment donc où tout cela rappelle d’autres ascensions, d’autres joies et, parfois aussi, d’autres frayeurs. C’est ainsi. La montagne est toujours source de réminiscences, de déjà vu ou vécu, mais, désormais, tous ces moments se vivront autrement. Ils ne pourront plus être appréhendés de la même manière. D’un pas à l’autre, à la vue d’un glacier proche ou lointain, à une cordée engagée, à une varappe délicate, il sera alors impossible de ne pas penser à Jassim Mazouni, ce beau jeune homme, vif et intelligent, qui aurait fêté ses dix-sept ans il y a quelques jours.

Le 9 juillet dernier, Jassim a disparu lors d’une ascension vers le Mont-Blanc par le versant italien. Au bout de plusieurs jours de recherche dans des conditions météorologiques très difficiles, lui et son guide, Ferdinando Rollando, n’ont pas été retrouvés par les sauveteurs. Après avoir déjà gravi le très ardu Monta-Rosa, deuxième sommet en Europe occidentale, Jassim souhaitait, cette année, découvrir ce qui constitue le rêve de n’importe quel amoureux des cimes. Le Mont-Blanc, seigneur majestueux des massifs alpins. Le destin, injuste, en a hélas décidé autrement et rappelé que la montagne peut être impitoyable.

Cette chronique est dédiée à Jassim. Cela n’apaisera certainement pas la peine de ses parents Samia et Halim et de ses sœurs Sophia et Leïla. Mais ce texte souhaite rendre hommage aux deux disparus, Jassim et « Nando », et cela au nom de cette fraternité anonyme que constituent celles et ceux qui ne cessent d’arpenter les sommets. C’est aussi un message amical de soutien et de sympathie à deux familles frappées par une effroyable douleur. Qu’elles sachent que nombreux sont ceux qui pensent à elles.
_

 

 

 

 

 

 

samedi 16 août 2014

La chronique du blédard : All inclusive

_
La chronique du blédard : All inclusive
Le Quotidien d’Oran, jeudi 14 août 2014
Akram Belkaïd, Paris

Quelque part au sud de la Turquie. Au pied de montagnes chauves, dans un « resort », sorte d’enclave luxuriante pour touristes encagés où tout (ou presque) est compris, la bataille des transats fait rage. L’Allemand se lève très tôt et avant même de fondre sur le buffet du petit-déjeuner, il se dépêche d’étendre ses serviettes à la plage ou à la piscine. Sa satanée obsession de la profondeur stratégique le mène souvent à réserver plus de chaises longues que nécessaire. Au grand dam de l’Anglais, son grand rival, qui n’hésite donc pas, pensant que personne ne le regarde, à jeter les dites serviettes sur la pelouse et à récupérer quelques pliants au risque d’une grosse tchaqlala une ou deux heures plus tard. Voici d’ailleurs ce que dit le journaliste Christophe Bourdoiseau à propos de ce conflit qui peut gâcher les vacances des uns et agrémenter celles des autres : « Une véritable ‘guerre des serviettes de bain’ oppose depuis des années Britanniques et Teutons (…) La réservation est une véritable obsession chez l’Allemand. Il vous réclamera son siège numéroté dans un cinéma même si la salle est presque vide ! » (*).

Le Russe se lève tôt lui aussi ce qui n’est pas un moindre exploit quand on sait qu’il a levé le coude jusqu’à tard dans la nuit au son de Shakira ou de Tarkan. Visage bouffi, accompagné par madame, blonde, cela va de soi (même si elle est plus souvent fausse que vraie), et de leurs deux ados - tout ce beau monde faisant la mine - il accorde un bref regard de mépris à l’Allemand en train de délimiter son périmètre. Puis, la « semya » au complet chausse ses palmes et entre dans l’eau encore froide sans la moindre hésitation. En moins d’une minute, la voilà déjà au large, presqu’invisible. Son éloignement inquiète un peu l’Allemand qui se demande si les Russes ne vont pas saccager sa mise en place une fois sortis de l’eau. Il hésite à attendre leur retour mais l’appel des œufs brouillés et des crêpes à la confiture de rose est trop fort.

Le Français, lui, râle. Bien sûr, cela fait cliché que de l’écrire mais la réalité est ce qu’elle est. Pourquoi n’y-a-t-il pas de vraies saucisses de porc à la place de ces merguez de volaille au cumin est son premier grief de la journée. Quelques minutes plus tard, découvrant l’étendue des annexions germano-britanniques, il va se mettre en quête « d’un responsable » pour protester puisque le règlement – placardé sur la plage - interdit la réservation de transats : « Faut pas charrier ! Parce que, bon, je veux bien, mais quand même ! » Un garçon de plage finit par lui trouver un parasol de libre et, gros bouquin de Marc Levy ou de Jean-Christophe Grangé en main, voici notre râleur qui, enfin calmé, joue au tournesol. De temps à autre, la moitié de la plage (ou presque, n’exagérons pas) bénéficie de ses réflexions. Il juge ainsi que l’arak ressemble un peu trop à l’ouzo mais que, de toutes les façons, rien ne vaut le pastis et les vacances en Corse. Sa femme, elle, se demande si acheter un faux sac Vuitton au marché d’à-côté est vraiment dangereux. Un seul, pas dix, comme les Russes, précise-t-elle.

Tiens, voilà un Algérien accompagné de sa femme et de celle qui semble être sa belle-sœur (l’hypothèse d’une seconde épouse n’étant pas à écarter). Le premier jour, ces dames se sont baignées entièrement vêtues d’une ample robe noire. A la piscine, un maître-nageur leur a fermement demandé de quitter le bassin pour raisons hygiéniques et elles ont été obligées de se rabattre sur la plage où des dizaines de regards, curieux, réprobateurs ou carrément hostiles, ont pesé sur elles. Quelques jours plus tard, une certaine sensation de détente et de frivolité générale aidant, les robes de bain ont fini par disparaître remplacées par de sages maillots une-pièce achetés à la boutique hors de prix de l’hôtel… Comme le Français, avec lequel il a fini par sympathiser, l’Algérien parle haut, avec cet accent néo-algérois si difficile à blairer. Mais il ne râle pas. Il s’extasie devant tout ce que font les Turcs. « Qu’est-ce qu’ils travaillent ! On aurait pu tellement apprendre d’eux. On est loin, vraiment ! Pourtant, Béni Saf c’est bien plus beau qu’Antalya, non ? ».

Toutes nationalités confondues, les mâles de la plage ne cessent d’observer les quatre ou cinq Iraniennes qui, telles des stars, arrivent tard et repartent toujours les premières. Nez visiblement refaits, poitrines opulentes et tailles de guêpes, pagnes transparents, maillots, ou plutôt strings de marque, longues cigarettes à la main et ne dédaignant pas une pression servie dans l’une des multiples buvettes gratuites, ces jeunes femmes assurent le spectacle et montrent, s’il le fallait encore, que rien n’est simple concernant le pays des ayatollahs.

Au plus fort en début de journée à cause de la course au transat, la tension diminue progressivement au fil des heures et chacun vaque à ses occupations, la plus stupide (et la plus fréquente) étant celle qui consiste à se tasser autour de la piscine chlorée dans un vacarme digne d’un marché à bestiaux. Mais quand vient l’heure du dîner, c’est de nouveau l’heure des affrontements et du parcours du combattant : Trouver une table, convaincre un garçon exténué par des journées de travail de seize heures, de débarrasser, d’amener des couverts et une bouteille d’eau minérale (sans gaz) tout en espérant qu’il reste encore des kebabs arrosés d’ayran. Visage rouge et épaules en feu, l’Anglais n’hésite pas à dîner en tongs, marcel et bermuda là où les rares clients turcs présents s’affichent en costume de lin, chaussettes fines et chaussures blanches. Qu’en dirait Agatha Christie qui aimait tant décrire l’élégance de ses compatriotes voyageant en Orient ?

Autour des buffets, ça se toise, ça vérifie que l’autre n’a pas quelque chose dans son assiette qu’on aurait raté, ça slalome, ça n’attend pas son tour pour récupérer quelques calamars carbonisés, ça se fait des queues de poisson, ça se donne des coups d’épaule. Parfois, un plat se fracasse au sol. Son propriétaire ne perd pas une seconde et repart à l’assaut. Les assiettes se remplissent à ras-bord. Ça mastique, ça fait travailler les mandibules. Et, surtout, ça gaspille des kilogrammes de nourriture qui finira dans les composts du potager bio dont le « resort » est si fier. Le Russe fait d’énormes provisions, surtout au buffet des desserts. C’est par assiettes entières que les cargaisons de kabak et de gâteaux au miel vont monter dans sa chambre. Pour couper une faim nocturne ou peut-être la peur de manquer… Et comme chaque soir, la Française n’est pas contente. « Encore no caramelo ? », demande-t-elle à un serveur qui essaie de sourire alors qu’il tombe de sommeil. « Pourquoi hein ? Pourquoi toujours no caramelo ? Bon puisque c’est comme ça, Vanilla alors ! ».

Il est vingt et une heures. La sarabande s’apaise. Il est temps d’aller courir à l’amphithéâtre pour suivre le spectacle du soir, des danses cubaines ou des jongleurs anatoliens (l’Allemand peut prendre son temps, il a envoyé ses enfants pour réserver des sièges). Parmi les retardataires au restaurant, l’Algérien, lui, est tout content. Il vient d’apprendre par la bouche d’un serveur que dolma veut dire légume farci…


(*) Allemagne, la mémoire libérée, Editions Nevicata.
_

 

mercredi 13 août 2014

Les islamistes selon feu Samir Kassir

_
"Les islamistes ont longtemps fait le jeu des Américains (et des Israéliens). Mais si l'islamisme n'est pas - ou n'est plus - un agent de l'étranger, c'est à l'étranger qu'il donne raison. Justifiant le clash des civilisations, l'assumant même, il est ce qui donne raison aux partisans de la croisade de se croiser et à l'Occident d'employer tous les moyens que lui permet sa capacité technologique pour maintenir sa suprématie sur les Arabes"
in, Considérations sur le malheur arabe, 2004
_

dimanche 10 août 2014

​La chronique du blédard : Les deux imams bouffons

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 7 août 2014
Akram Belkaïd, Paris
 
Le duo de comiques est une vieille tradition dans le monde. On connaît, pour ne citer qu’eux, Laurel et Hardy, Bud Abbott et Lou Costello, Pierre Dac et Francis Blanche ou encore Omar et Fred. Loin de ces talentueux amuseurs, la France se découvre désormais une doublette appelée peut-être à faire date dans la longue liste de bouffons dont le pathétique le dispute à l’obscénité. Il s’agit de deux imams prétendant incarner une autre voie, celle de la distanciation à l’égard d’un islam qui serait dévoyé, rétrograde et sanguinaire. Deux imams que l’actualité récente à Gaza a encore mis sur les devants de la scène hexagonale pour le plus grand intérêt des défenseurs d’Israël.
 
Entendons-nous bien. Le présent chroniqueur s’inscrit pleinement dans la revendication d’une modernisation radicale du monde arabo-musulman avec, à la base, une réinterprétation courageuse du texte coranique et la remise en cause d’une pensée sclérosée, figée depuis le Moyen-Âge et pleinement responsable de l’arriération de nos sociétés. L’expression de « musulman libéral » reste encore à conceptualiser mais elle paraît porteuse de promesses pour qui estime que nos peuples sont loin d’avoir achevé leur émancipation. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il faille accepter les élucubrations de plus en plus médiatisées des imams Chalghoumi et Birbach puisque c’est d’eux qu’il s’agit. Plus important encore, il est hors de question d’accepter que l’on fasse d’eux les symboles de l’islam libéral, progressiste ou même « républicain ». Certains disent que cette paire ne représente qu’elle-même et qu’il ne faut pas lui faire de publicité d’autant qu’un imam ne saurait être représentatif de populations d’origines maghrébines qui refusent d’être enfermée dans une identité exclusivement religieuse. Il n’empêche, l’installation progressive de ce « duet » dans la sphère médiatique qui influence l’opinion publique mérite tout de même une mise au point.
 
Ces deux religieux sont à la jonction entre, d’un côté l’opportunisme des concernés et, de l’autre, l’urgence pour les milieux pro-israéliens en France de se trouver des interlocuteurs à la fois présentables mais, surtout, manipulables à souhait. En clair, sous couvert de dire et penser un « autre islam », lequel ferait moins peur, Birbach et Chalghoumi n’ont de cesse de fustiger les Palestiniens en ramenant tout à la responsabilité du Hamas, et en dénonçant l’antisémitisme dont feraient preuve celles et ceux qui, notamment en France, s’indignent du sort sanglant des habitants de Gaza. Et ce n’est donc pas un hasard si les deux hommes sont devenus les chouchous du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et d’autres instances qui font de la défense d’Israël et de ses intérêts l’un des piliers de leur activité en France.
 
Ainsi, Chalghoumi et Birbach sont instrumentalisés pour accréditer l’idée qu’un « bon » musulman ou qu’un musulman « libéral », « progressiste », « humaniste » ne peut pas critiquer Israël et son armée « la plus morale du monde ». En clair, un musulman qui penserait contre les siens et sa société – ce qui est, répétons-le une urgence vitale pour l’avenir de nos pays – ne pourrait être un adversaire politique d’Israël. Bien au contraire, les propos des deux calottés, même s’il s’agit d’un salmigondis des plus comiques, conforte l’hypothèse que la solidarité à l’égard des Palestiniens est suspecte puisque nécessairement motivée par l’antisémitisme et la judéophobie. Et c’est ainsi qu’imam numéro-un et imam numéro-deux sont exhibés de télévisions en manifestations pro-israéliennes, le but du jeu étant de démontrer qu’il existe une « autre voie » et que, finalement, les pro-Palestiniens ne sont pas aussi majoritaires que ça.
 
Bref, Birbach et Chalghoumi ont assimilé la règle qui permet d’aller très loin : ils disent et répètent à l’envi ce que certains prépondérants rêvent d’entendre. La méthode est aussi vieille que le monde. Dans l’Algérie française, le colonialisme a toujours essayé de discréditer les révoltés par la mise en scène de béni-oui-oui prompts à servir n’importe quel discours pourvu qu’ils en retirent quelques avantages. D’ailleurs, et sans verser dans le racisme social, on se rend bien compte que les deux religieux répondent à un critère bien précis. Leurs têtes et leur élocution en langue française (entendre parler Chalghoumi relève à la fois du supplice et de la franche rigolade) correspondent parfaitement au cliché de l’arabe, de l’immigré « d’hier », c'est-à-dire celui qui rasait les murs et ne faisait pas trop d’histoire. Certes, le Crif et ses alliés se sont aussi trouvés quelques soutiens auprès de rares intellectuels maghrébins bien plus brillants et plus éloquents mais ces derniers ont, de temps à autre, la décence et l’intelligence de prendre un peu de distance et, au moins, de se taire quand, dans le même temps, Chalghoumi et Birbach squattent la scène en permanence.
 
Le plus étonnant dans l’affaire, c’est que nombre d’historiens ont montré les limites et l’échec annoncé de ce genre de stratégie d’instrumentalisation. Le Crif et ses alliés peuvent-ils comprendre que leur affection pour les deux imams-troupiers n’apaisera pas les tensions intercommunautaires et n’arrangera rien ? Se choisir, ou plutôt se fabriquer ses propres interlocuteurs pour décrédibiliser ses vrais adversaires politiques ne résoudra rien. Bien au contraire, cela ne peut que continuer à échauffer les esprits et à alimenter nombre de thèses conspirationnistes.
_

samedi 9 août 2014

De l'Histoire et des hommes qui la façonnent

_
Extrait de "La poursuite de l'ombre" de Mehmed Uzun. Un roman kurde (traduit en français chez Belfond) dont la lecture est fortement conseillée.

"L'histoire n'es pas une stalle où l'on va choisir son cheval, comme chez son père... Elle n'est pas non plus ce plat de bouchées de viande grillée qu'on déguste l'une après l'autre... Camarades, l'histoire, on la crée, on la façonne. Quelles que soient les catastrophes et les difficultés, et Dieu sait s'il y en a, on la fabrique en les surmontant. Et puis, n'ayons garde d'oublier que nous vivons le siècle des peuples opprimés créant leur histoire".
_

jeudi 7 août 2014

Nous sommes tous des Chrétiens d'Irak

_
#‎Irak‬. Nous sommes tous des Chrétiens d'Irak. L'‪#‎Eiil‬ (Etat islamique en Irak et au Levant, connu aussi sous l'acronyme Daech) déshonore et souille l'islam.
Aucune indulgence à avoir à l'égard de ces criminels.
_

lundi 4 août 2014

Courrier au médiateur du Quotidien Le Monde

_
mediateur @ lemonde.fr
 
Cher Monsieur, cher Confrère,
 
Je m'étonne que Le Monde continue d'employer dans ses articles et ses éditoriaux (à l'image de l'édito du 3 août) le terme "Tsahal" pour désigner l'armée israélienne. En effet, cet emploi est loin d'être neutre.
Concernant ce point, voici ce qu'en dit un guide élaboré en 2007 à l'intention des journalistes de Radio France :
Tsahal : (acronyme de tsa hagana léyisrael - armée de défense d'israël) a acquis une connotation familière synonyme d'attachement très fort pour les israéliens qui s'en servent comme on le fait d'un diminutif chargé d'affection dans le sens "notre armée". Conclusion : ne pas utiliser.
Il est possible que les journalistes concernés cherchent avant tout à éviter la répétition fastidieuse de l'expression "armée israélienne". Si c'est le cas, il serait judicieux de mettre alors le terme "Tsahal" entre guillemets. Cela lèverait ainsi toute ambiguïté. et écarterait l'idée que Le Monde fait sienne "l'affection" que portent les Israéliens à leur armée.
 
Bien cordialement
 
Akram Belkaïd, journaliste 
_

dimanche 3 août 2014

La chronique du blédard : Israël ou la folie de Sparte

_
Le Quotidien d'Oran, jeudi 31 juillet 2014
Akram Belkaïd, Paris

Jusqu’où et jusqu’à quand ? La folie criminelle d’Israël ne semble plus avoir de limites comme en témoigne le bilan humain sidérant de son intervention militaire à Gaza. Plus de 1.200 morts au 30 juillet (plus de 1600 au 3 août 2014) ! Des victimes civiles pour leur grande majorité. A cela il faut ajouter des milliers de blessés, des quartiers entiers réduits en cendres, des infrastructures, déjà très rares et vétustes, entièrement détruites et une population profondément traumatisée qui se sait abandonnée à son terrible sort. C’est une gigantesque tuerie qui est en train de se dérouler à Gaza et elle confirme qu’Israël, célébré par certains pour sa « démocratie », n’est rien de moins que Etat voyou. Un Etat terroriste, ivre de sa force militaire, qui s’affranchit de toutes les règles et lois internationales et dont le gouvernement actuel mériterait d’être traîné devant un tribunal spécial chargé de juger les crimes de guerre massifs commis contre les Palestiniens.

Dans le monde entier, l’indignation et la colère ne font qu’augmenter à l’encontre de ce massacre. Comme en 2006 (attaque contre le Liban) ou en 2009 et 2012 (interventions à Gaza), les opinions publiques dénoncent cette sauvagerie prétendument appelée guerre alors que les forces en présence n’ont rien de comparable. Mais Israël n’en a cure. Son gouvernement comme la majorité de sa population d’ailleurs. Bien sûr, il existe une minorité israélienne honorable, active, qui dénonce ce qui se passe à Gaza et réclame une paix durable. Des hommes et des femmes tentent avec courage de manifester à Tel Aviv malgré les menaces de l’extrême-droite. Ils sont l’honneur d’un peuple qui, il faut tout de même le dire, est peu ou prou en accord avec l’usage de la violence contre les Palestiniens. Ainsi, selon un sondage rendu public en début de semaine, seuls 4% des Israéliens interrogés estiment que l’opération « bordure protectrice » est disproportionnée. On sait qu’il faut toujours manipuler les sondages avec prudence mais tout de même ! Combien de morts palestiniens faudra-t-il pour que l’opinion israélienne réalise qu’elle est la complice de crimes massifs contre des civils désarmés ? Deux mille ? Trois mille ?

Quand on évoque la situation dans cette région du monde, il est de bon ton d’affirmer que le peuple israélien veut la paix. En réalité, il est à l’image de ses dirigeants actuels qui n’ont aucune intention de permettre la création d’un Etat palestinien souverain. En clair, Israël ne veut pas la paix mais « sa » paix. Une paix bâtie sur la sujétion extrême des Palestiniens et c’est le message implicite de ce qui se passe à Gaza. « Nous vous voulons le dos courbé et la tête baissée », tel est en somme le message adressé à une population encagée depuis 1948 et soumise à un implacable blocus depuis 2006.

Dans cette épouvantable affaire, nombreux sont ceux qui blâment le Hamas, l’accusant d’être le premier responsable des malheurs de son peuple. Outre le fait que c’est vite oublier que le Hamas a été élu à la régulière en 2006, ce genre de position sert surtout à ménager les critiques à l’encontre d’Israël et, pour ce qui est de certains intellectuels arabes, de faire allégeance de manière plus ou moins assumée aux lobbies pro-israéliens. Mais c’est surtout faire mine d’oublier que la situation en Cisjordanie n’est guère meilleure. Bien sûr, Naplouse ou Ramallah ne sont pas bombardées. Du moins, pas encore… Ces vingt dernières années, le Fatah et ses alliés au sein de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont multiplié les concessions. Pour quels résultats ? La colonisation continue aggravant le morcellement d’un Etat palestinien qui n’est encore qu’une virtualité. Plus les jours passent, et plus l’impossibilité de revenir aux frontières de 1967 augmente. Jour après jour, les Israéliens créent ce que l’on pourrait appeler des « facteurs de situation irrémédiable ». Ici, une route à l’usage exclusif des colons qui perce un village palestinien ou une oliveraie. Là, ce sont des maisons que l’on dynamite. Cela sans oublier ce mur de séparation, témoignage physique de ce qu’est aujourd’hui la réalité de la situation, c’est-à-dire un apartheid visant à installer un « développement séparé » entre un Etat souverain et des bantoustans. Israël, c’est, d’une certaine façon, l’Afrique du sud d’hier. C’est le Mississipi, l’Alabama ou la Géorgie des années 1950…

Hamas ou pas, Israël ne veut pas d’un Etat palestinien. Mais cela ne s’arrête pas là. Car ce pays, cela a déjà été écrit à plusieurs reprises, c’est Sparte. Une cité antique guerrière qui ne vivait que pour et par la guerre. Israël a besoin de la guerre. C’est ce qui forge ses consensus politiques, c’est ce qui lui permet de réaliser le « vivre ensemble » entre des populations qui n’ont pas grand-chose en commun si ce n’est la même appartenance religieuse. Les Palestiniens font aujourd’hui les frais de cette dévotion à la guerre. Demain, ce sera de nouveau les Libanais ou peut-être, qui sait, les Egyptiens. Israël est plus fort que tous ses voisins arabes réunis. Cela lui procure l’ivresse du puissant. Une ivresse qui, tôt ou tard, conduira cet Etat voyou, qui ne respecte ni le droit international ni les résolutions de l’ONU, à sa perte.
_

vendredi 1 août 2014

Tu me dis, tu me dis, mais, toi qui ne dis mot, tu n'es rien d'autre que le complice des assassins

_
Tu me dis Syrie... T'ai-je attendu pour maudire Assad, sa clique et ses ennemis qui ne valent guère mieux que lui ?
Tu me dis Libye... T'ai-je attendu pour m'inquiéter de ce qui s'y passe ?
Tu me dis Irak... T'ai-je attendu pour soupirer et me mordre au sang quand je pense au sort de ce pays et de son peuple ?
Tu me dis Liban, Soudan,... T'ai-je attendu pour m'indigner et espérer mieux pour le monde arabe ?
Tu me dis, tu me dis...
Mais quand moi, je dis Gaza, tu ne dis plus rien ou alors tu me parles du Hamas.
Alors, dis moi, pourquoi ne condamnes-tu pas ton Bibi aux mains sanguinolentes ?
Non, pas de circonvolutions, pas de phrases soit disant mesurées.
De toi, j'exige une condamnation directe d'Israël pour ce qui est commis à Gaza. Pour la saloperie infligée aux Palestiniens.
Allons ! Un peu de courage. Trêve de duplicité !
Tu me dis, tu me dis...
En fait, tu me dis pour ne rien dire sur l'essentiel.
Et, en cela, toi qui ne dis mot, tu n'es rien d'autre que le complice des assassins.
-

Pauvre France...

_
Voici la a réponse du porte-parole adjoint du Quai d'Orsay (ministère français des Affaires étrangères) à une question d'un journaliste sur Gaza et sur le fait que la France condamne ce qui s'y passe sans nommer directement Israël.
Cette réponse est un cas d'école en matière de langage diplomatique et de duplicité.
Pauvre France...

Quai d'Orsay - déclaratio​ns du porte-paro​le adjoint - 31 juillet 20145 - Gaza

Question (d'un journaliste) - La France à deux reprises hier a condamné  l'attaque contre l'école onusienne à Jabaliya, sans citer le responsable. Le représentant de l'ONU sur place indique que les tirs proviennent des forces armées israéliennes. Est-ce-qu'on peut conclure aujourd'hui que ces tirs sont en fait israéliens? Soutenez-vous la thèse de l'ONU là-dessous et, si oui, faut-il une enquête internationale et faudra-t-il des sanctions et une réflexion dans le domaine de crimes de guerre pour cette attaque, et une précédente contre l'ONU, et contre les cibles civils, hôpitaux, mosquées, infrastructure d'électricité et bien d'autres et le fait que 80 pourcent des morts sont des civils à Gaza, dont 20 pourcent des enfants?

Réponse  - Le président de la République et le ministre des Affaires étrangères et du développement international ont condamné hier le bombardement qui a frappé une école des Nations Unies, dans le camp de Jabaliya dans la bande de Gaza, causant la mort d'au moins seize Palestiniens.
La France s'associe au Secrétaire général des Nations Unies qui a jugé ces faits « injustifiables », estimant que "les responsabilités devaient être déterminées" et que "justice devait être rendue".
La France exige la mise en place d'un cessez-le-feu immédiat. Tous les efforts doivent converger vers cet objectif.

_

dimanche 27 juillet 2014

La chronique du blédard : Après Gaza, la « Grande Expulsion » ?

_
Cette chronique a été publiée il y a déjà plus de cinq ans. Depuis, rien n'a changé pour les habitants de Gaza. L'histoire, sanglante, se répète et nous assistons aux mêmes supercheries médiatiques et aux mêmes forfaitures qui visent à dédouaner les crimes israéliens.

La chronique du blédard : Après Gaza, la « Grande Expulsion » ?
Le Quotidien d'Oran, jeudi 8 janvier 2009
Akram Belkaïd, Paris
 
C'est une funeste loi qui se vérifie de manière récurrente sans que l'opinion publique mondiale puisse grand-chose contre cela : Israël peut tuer des civils palestiniens à volonté sans rien craindre de personne et surtout pas des pays arabes dont les dirigeants sont prêts à se battre pour la Palestine jusqu'au dernier Palestinien... Ce pays possède la bombe atomique et l'armée la plus puissante et la plus aguerrie de tout le Proche-orient et de l'ouest du bassin méditerranéen. Cela lui procure un vertige qui confine à l'ivresse et qui le conduira fatalement à d'autres aventures militaires et d'autres tueries de civils palestiniens voire arabes.
 
Quoique prétende le pitoyable André Glucksmann, ancien héraut des éradicateurs algériens et partisan de l'intervention américaine en Irak, c'est bien de la disproportion des moyens de destruction mis en œuvre par Israël pour mater le Hamas dont il est question (*). Le bilan parle de lui-même : des centaines de civils morts et plusieurs milliers de blessés côté palestinien contre un nombre vingt fois inférieur chez les Israéliens. Cette comptabilité macabre démontre bien qu'il ne s'agit pas d'une guerre classique où chaque camp aurait les moyens d'infliger des pertes substantielles à son ennemi.
 
Cela fait longtemps que les défenseurs d'Israël ont affûté leur rhétorique pour systématiquement relativiser le nombre de victimes palestiniennes (ou libanaises) à chaque fois que les armes israéliennes ont parlé. Déjà, durant l'invasion du Liban en 1982, pareil discours avait été tenu tout comme lors de la première intifada où, face au nombre sans cesse grandissant de « chababs » abattus, certains tentaient de faire diversion en insistant sur l'inconscience de leurs mères, coupables, selon eux, de les encourager à affronter des engins blindés à coup de pierres.
 
Pour ces propagandistes, et quoiqu'ils prétendent en nous servant leurs trémolos humanistes, un mort palestinien n'aura jamais la même valeur qu'un mort israélien. Cela vaut aussi pour les dirigeants de l'Etat hébreu, dont certains ont déclenché cette guerre avec d'évidentes arrière-pensées électorales. Les entendre sur CNN s'apitoyer sur les pauvres civils palestiniens que leur armée vient d'étriper est surréaliste. Et bien entendu, Glucksmann et ses amis vont nous expliquer que si des civils meurent, c'est parce que les combattants du Hamas les utilisent comme boucliers humains, vieille rengaine qui a toujours servi à discréditer les Palestiniens et les Libanais.
 
Je ne fais pas partie de ceux qui défendent le Hamas même si je comprends qu'un peuple encagé depuis plus de soixante ans, comme l'est celui de Gaza, puisse décider, par épuisement et manque de perspectives, de gâcher à n'importe quel prix le quotidien de son geôlier et cela y compris par le biais d'une stratégie suicidaire. Dans le rapport de force qui existe dans la région, et au vu de la pusillanimité des voisins arabes, les tirs de roquettes contre Israël ne peuvent qu'être improductifs et déboucher fatalement sur une boucherie. Pour autant, s'en prendre à tout un peuple comme le font les Israéliens – et cela à l'abri de tout regard médiatique - est inacceptable et criminel.
 
Que peut-on anticiper de cette nouvelle guerre ? La direction actuelle du Hamas va certainement être décapitée mais est-ce que cela apportera pour autant la paix dans la région et surtout la justice pour les Palestiniens ? La réponse est bien entendu négative. Chaque jour qui passe, voit la perspective d'un Etat palestinien s'éloigner. Gaza n'est qu'un bantoustan, une réserve pour peaux-rouges. La Cisjordanie est à peine mieux lotie. Criblée de colonies, tailladée par le mur de séparation et les routes réservées aux colons, c'est un gruyère qui n'a plus rien à voir avec ce qu'étaient ses frontières de 1967. Et ces deux territoires ont un point commun : ils sont devenus les terrains d'entraînement préférés des généraux israéliens.
 
Cette impasse pousse certains intellectuels palestiniens à se rabattre sur l'idée d'un seul Etat binational, à l'image de ce que défendait feu Edward Saïd. Prudemment, ils explorent l'idée de réclamer de devenir des citoyens israéliens avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. Cette piste est bien entendu combattue à la fois par les régimes arabes (comment se passeraient-ils de l'alibi palestinien !) et par le gouvernement israélien. Mais tout cela n'est que conjectures. Peut-être même est-il déjà trop tard et l'on peut se demander si quelque chose d'autre, de plus terrible, ne s'est pas mis en branle depuis le dérapage du processus d'Oslo, lequel dérapage, rappelons-le, a débuté avec l'assassinat de Rabin par un terroriste israélien.
 
Les intellectuels arabes sont souvent accusés de duplicité vis-à-vis d'Israël. Feignant de s'être fait une raison quant à l'existence de l'Etat hébreu, ils continueraient à espérer en silence sa destruction. A l'opposé, mais on en parle moins, il y a cette tentation du pire que l'on sent poindre de temps à autre dans les propos et les attitudes des dirigeants israéliens. Qui peut jurer aujourd'hui que l'expulsion des Palestiniens des Territoires à la suite d'une crise plus grave est impossible ? Qui peut affirmer que ce qui se passe à Gaza ne se passera pas demain en Cisjordanie, avec, au bout du compte, des dizaines de milliers de Palestiniens obligés de fuir vers le Nord ou vers l'Ouest sachant qu'ils ne pourront plus jamais revenir comme jadis leurs grands-parents ?
 
Les Arabes s'opposeraient-ils à cette « Grande expulsion » ? Soyons sérieux. Tous, à l'exception des Libanais, sont pétrifiés à l'idée de se colleter un jour avec les Israéliens. L'Iran ? On connaît les gesticulations antisémites de son président mais on connaît aussi le réalisme et le pragmatisme du clergé chiite et des grandes fortunes iraniennes, qu'elles soient récentes ou non. La communauté internationale ? Oublions les Etats-Unis, même présidés par Obama. L'Europe ? Elle vient de démontrer sa lâcheté en relevant le niveau de sa coopération avec Tel-Aviv alors que les turbines des chasseurs-bombardiers israéliens sifflaient déjà.
La vérité, est que les Palestiniens sont seuls malgré le soutien des opinions publiques arabes et d'ailleurs. Etre accablé par le calvaire qu'ils vivent aujourd'hui est naturel mais on le serait encore plus en réfléchissant au pire du pire qui les attend.
 

(*) Une riposte excessive ? Pourquoi l'opinion publique mondiale a tort de juger les réactions israéliennes « disproportionnées », Le Monde, 7 janvier 2009.

_

vendredi 25 juillet 2014

Commentaire trollesque et (presque) burlesque

_
Voici un commentaire reçu à propos de la chronique de cette semaine. Comprenne qui pourra (on appréciera à sa juste valeur l'expression "parangon socioculturel".)

"le monde arabe n´a aucune existence physique sinon dans l´esprit tenu d´une vision ethnocentriste d´occidentalistes.
 
ce qui n´empêche absolument pas que tout ce charabia soit repris en cœur par des "arabes" bon teint friands d´assimilation.
 
tenter de faire un amalgame entre des populations caractérisées par une grande diversité sociale et culturelle relève de la tromperie.
 
sous couvert d´un idiome partagé, d´une religion commune, de traits de caractères partagés, voire d´une "race" unique pourquoi pas ?
 
non vraiment tout ceci relève d´une imposture intellectuelle que seuls des experts en tromperie peuvent instituer en parangon socioculturel.
 
les arabes manifestent à Barbes, les arabes sont antisémites, les arabes sont comme ci, comme ça et vous savez madame ce sont des menteurs et voleurs...
 
bon naturellement tout ce qui précède ne concerne aucunement les habitants de la Tunisie qui comme chacun sait sont en dehors du flacon tout en y étant à l´intérieur !
 
quant à la sempiternelle dévalorisation des "arabes", M. Franz (sic) Fanon, docteur de son état, en a fait une analyse extrêmement élaborée dans le complexe du colonisé."
_

jeudi 24 juillet 2014

La chronique du blédard : Gaza : mais que font les Arabes ?

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 24 juillet 2014
Akram Belkaïd, Paris

Commentant l’un de mes articles concernant le massacre commis par Israël à Gaza, un ami m’a écrit les mots suivants : « C’est à désespérer du monde arabe ! Il devient le trou noir de l’humanité. La Tunisie mise à part. Que retenir de ces cinquante dernières années arabes ? De l’Atlantique jusqu’au Golfe ? Rien, le vide abyssal. Peut être juste un prix Nobel de littérature et quelques écrivains ». Il est vrai que dans la tornade d’indignations et de colères à l’égard des crimes commis par l’Etat hébreu, l’incapacité du monde arabe à peser sur cette dramatique situation est systématiquement relevée et critiquée.

« Mais que fait le monde arabe ? » est donc la question posée et elle mérite réflexion. De façon générale, on sait que les opinions publiques ont à cœur le sort des Palestiniens et, quoiqu’en dise une certaine propagande distillée par les milieux occidentaux pro-israéliens, cette solidarité est réelle et dépasse même les clivages politiques et religieux. Pendant longtemps, les partisans d’Israël ont essayé de faire croire qu’elle était manipulée par les pouvoirs avec cette phrase mainte fois entendue : « les dictateurs arabes expliquent à leurs peuples qu’il ne saurait y avoir de démocratie chez eux tant que la Palestine ne sera pas libérée ».

Concernant certains pays comme l’Irak de Saddam Hussein, la Syrie d’Assad père et, à un degré moindre l’Egypte de Nasser, cette affirmation se vérifiait. Par contre, elle devait être fortement nuancée pour le reste du monde arabe et, de toutes les façons, elle ne veut plus rien dire aujourd’hui. Désormais, les agendas locaux passent devant le reste. Cela ne signifie pas que la Palestine et les Palestiniens sont oubliés, loin de là. Leur sort est un sujet constant d’indignation et d’échauffement des esprits. C’est aussi un motif réel de détestation d’un Occident accusé, à raison quand il s’agit de ses gouvernements, de prendre systématiquement le parti d’Israël et de pratiquer un relativisme d’essence coloniale quant à l’effroyable bilan humain (et civil) des bombardements israéliens.

Ces derniers temps, j’ai lu beaucoup de bêtises ahurissantes quant à la nature de la solidarité à l’égard de Palestiniens. Bien sûr, il est évident que ce qui se passe à Gaza est l’occasion idéale pour que les judéophobes s’en donnent à cœur joie ou que les islamistes essaient d’imposer leur vision conflictuo-religieuse du monde. Mais cela n’est rien, cela est peu, face à ce que tout être humain – quelles que soient ses convictions politiques et ses croyances - peut ressentir quand un peuple, enfermé dans une prison délabrée à ciel ouvert, se fait massacrer car tel est le verbe que l’on doit employer.

On l’aura compris, la nouvelle manière de décrédibiliser la solidarité à l’égard des Palestiniens est d’affirmer qu’elle relève finalement d’un racisme ethnico-religieux. Pourtant, comme l’a bien rappelé l’économiste algérien El Mouhoub Mouhoud, ce qui se passe à Gaza ou en Cisjordanie est surtout un problème colonial comparable à ce qui s’est déroulé au Vietnam, en Afrique du sud ou même en Algérie. Quand des Chiliens ou des Boliviens dénoncent le sort des Palestiniens ils font écho à la même colère des Algériens ou des Marocains face à une situation de « hoggra » qui n’a que trop duré. Hier, les humbles, les petits de ce monde et autres damnés de la terre se reconnaissaient dans le sort d’un juif du ghetto de Varsovie. Aujourd’hui, hélas, c’est dans celui d’un habitant de Gaza.

Il reste maintenant à se poser la question suivante : que veulent les opinions publiques arabes ? Qu’attendent-elles concrètement de leurs pouvoirs vis-à-vis de ce drame ? La réalité, c’est que tout le monde a compris que ces pouvoirs sont impuissants. La Ligue arabe est une blague, un machin inutile que personne ou presque n’écoute. On le sait, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais d’unité politique arabe. Rivaux, jaloux les uns des autres, unis dans le même mépris qu’ils affichent pour leurs peuples, les dirigeants arabes n’ont aucune envie de s’engager dans une guerre contre Israël. D’ailleurs, et à quelques exceptions près, notamment celle du Hezbollah libanais et de la galaxie djihadiste, la rhétorique guerrière du type « prenons les armes pour aller libérer Jérusalem » ne prend plus.

Alors, à défaut de faire la guerre, qu’attendent les Arabes de leurs dirigeants ? La réponse est simple. Ils aimeraient qu’ils soient à la hauteur de la situation. Qu’ils fassent en sorte que les Etats qu’ils dirigent pèsent de tout leur poids dans cette crise ne serait-ce que pour amener l’Occident à adopter une position plus équilibrée. En théorie, la chose est possible notamment grâce à l’usage de l’arme économique. Nous ne sommes plus en 1973 où le nord industrialisé était le seul fournisseur du sud et où l’embargo et le boycottage ont échoué. Le monde aujourd’hui est multipolaire. Des alliances peuvent se nouer avec les pays émergents. L’échiquier est vaste et le mouvement est possible. Par exemple, comment, en 2014, peut-on (et c’est le cas de l’Algérie) faire du business avec une multinationale présente dans les colonies en Cisjordanie alors que des alternatives existent ? De même, les institutions internationales sont un champ de bataille où le rapport de force est permanent. Tu veux ma voix ? Ok, mais à condition que tu fasses pression sur Israël… C’est une question d’ingénierie et de mobilisation diplomatiques.

Mais encore faudrait-il en avoir les moyens et, surtout la volonté. Car, avec Gaza, les Arabes redécouvrent de nouveau, comme dans un cauchemar sans fin, que leurs dirigeants sont tenus. Au-delà des discours à deux sous sur les souverainetés nationales, chacun comprend, de l’Atlantique jusqu’au Golfe, qu’aucune capitale arabe n’a les moyens de bouger sans se faire taper sur les doigts. La raison en est simple : l’illégitimité des pouvoirs politiques et, tout aussi important, leur corruption. Les dirigeants arabes ne peuvent rien faire de concret pour Gaza parce qu’ils ont trop besoin de ceux sur lesquels ils devraient faire pression. Si les Palestiniens tombent par centaines, c’est parce que le monde arabe est le vassal politique de ceux qu’il devrait influencer. On entend souvent dire qu’Israël est la seule démocratie (pour les seuls Israéliens) de la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du nord). Mais on oublie de préciser que l’état hébreu tire un grand profit stratégique et diplomatique de l’absence de démocratie chez ses voisins…
_

mercredi 23 juillet 2014

Gaza, les intellectuels arabes et la peur du blanc...

_
Il y a, en Israël, de nombreux intellectuels qui sont conscients du fait qu'il faut un Etat palestinien. Néanmoins, il n'en sont pas moins très fermes sur ce qu'ils considèrent être comme les principes de fond : la pérennité et la sécurité d'Israël. Disons qu'ils sont les représentants d'un "mainstream" avec lequel on pourra tôt ou tard s'entendre. Et je note, qu'il ne viendrait l'idée à personne, en Israël ou ailleurs, de les assimiler aux fous furieux qui versent dans l'abomination à l'image de cet "universitaire" pour qui "violer des Palestiniennes" permettrait de régler la situation à Gaza. D'ailleurs, personne ne leur demande de se différencier. On ne les oblige pas à une longue déclamation de prérequis pour qu'ils puissent s'exprimer.

Par contre, dans les camp des pro-palestiniens, je note une tendance médiatique, entretenue par des intellectuels arabes eux-mêmes, à dévaloriser leurs propres prises de positions par d'incessantes démarcations vis-à-vis des djihadistes qui ont une vision religieuse et ethnique du conflit. Quel manque d'assurance ! Quel manque de confiance en soi ! Dire, je suis solidaire de la Palestine mais pas pour les mêmes raisons que les extrémistes qui existent chez moi, c'est jouer petit bras. C'est presque s'excuser. C'est être le petit arabe au fond de la classe qui a un peu honte de lever le bras à cause des cancres qui l'entourent. C'est finalement, encore et toujours, la peur du blanc. Et, surtout, l'envie de lui plaire...
_

mardi 22 juillet 2014

La chronique du blédard : Gaza, Amina et la forme de l’eau

_
Le Quotidien d'Oran, jeudi 17 juillet 2014
Akram Belkaïd, Paris


Dans l’un de ses romans policiers, voici ce que l’écrivain italien d’origine sicilienne Andrea Camilleri fait dire à l’un de ses personnages : « Un jour, je vis que mon ami avait mis sur le bord d'un puits une écuelle, une tasse, une théière, une boite à lait carrée, toutes pleines d'eau à ras bord, et qu'il les observait attentivement. ‘’Qu'est-ce que tu fais ?’’ je lui demandai. Et lui, à son tour, me posa une question : ‘’Quelle est la forme de l'eau ? - Mais l'eau n'a pas de forme ! dis-je en riant. Elle prend la forme qu'on lui donne. » (*)

Ce propos fait allusion aux différentes manières avec lesquelles on peut présenter un fait ou une situation. Si l’on assimile l’eau à la réalité – voire à la vérité – on se rend compte que l’on peut lui donner autant de formes que l’on veut. Certes, et comme me l’a fait remarquer un ami après que j’ai partagé cet extrait sur les réseaux sociaux, c’est elle qui prend la forme du contenant et non l’inverse. On pourrait dire aussi qu’elle s’adapte à son environnement mais rien n’est jamais figé puisque, d’une manière ou d’une autre, cette eau « travaille » son enveloppe et arrive souvent à s’en échapper.

J’ai pensé à ce passage en réfléchissant à deux actualités récentes. La première concerne les bombardements sur Gaza. C’est à chaque fois la même chose mais j’avoue être incapable de m’y faire. Concernant la majorité des médias occidentaux, le traitement de cette situation intolérable obéit aux mêmes règles. C’est simple, il faut donner l’impression que c’est une guerre entre deux entités comparables et de forces égales d’où cette fameuse phrase entendue en boucle sur les chaînes d’information en continu. « Aux roquettes du Hamas répondent les raids de ‘Tsahal’ ».

Attardons-nous un instant pour décrypter cette phrase-type très emblématique de cette couverture médiatique plutôt insidieuse même si elle prétend à l’objectivité. Parlons d’abord des roquettes. Personne ne peut contester que pour une population civile, ce genre d’engins est porteur d’effroi. Mais, à ce stade du conflit, il est rare d’entendre un journaliste préciser qu’ils sont artisanaux et qu’ils n’ont fait que de légers dégâts matériels. Ajoutons aussi le fait que durant les premiers jours des bombardements, le Hamas a répété à plusieurs reprises qu’il n’était pas l’auteur de ces tirs de roquettes (artisanales) mais cela a été très peu repris.

Surtout, c’est l’immense déséquilibre des forces en présence qui est presque systématiquement ignoré ou minimisé. On notera ainsi l’emploi du verbe « répondre » qui, d’une certaine façon, donne à penser que les armes en présence sont d’impacts égaux et que chacun a les moyens de terrasser l’autre. On fait donc comme si les deux camps disposaient de moyens comparables. De même, fait-on semblant qu’il s’agit de deux Etats en guerre alors que Gaza n’est rien de moins qu’un bantoustan, une enclave à la plus forte densité humaine du monde qui vit sous blocus depuis maintenant sept ans. Les habitants de Gaza ne peuvent fuir nulle part, ni en Egypte ni ailleurs et encore moins prendre le large puisque leurs côtes sont quadrillées par la marine israélienne. On connaît la fameuse expression selon laquelle la vérité est la première victime de la guerre. C’est totalement vrai pour ce qui se passe à Gaza. Les Israéliens et leurs alliés, déclarés ou tacites, donnent à l’eau la forme qu’ils veulent et il est heureux que les réseaux sociaux permettent de faire passer d’autres messages.

Ce qui précède vaut aussi pour la manifestation de solidarité avec le peuple palestinien organisée à Paris dimanche 13 juillet. Médias et hommes politiques ont repris à l’unisson la version selon laquelle les manifestants auraient attaqué une synagogue avec des cocktails molotov. Indignation, sirènes habituelles condamnant l’antisémitisme croissant au sein de « certaines population » : nous avons eu droit à la panoplie classique. Reste que la réalité est toute autre puisque les violents incidents ont été sciemment provoqués par des groupuscules sionistes dont on se demande pourquoi ils sont autorisés en France alors qu’ils sont interdits aux Etats-Unis et même en Israël.

L’autre événement où la vérité présentée n’a rien à voir avec la réalité concerne Amina, cette fameuse ex-Femen tunisienne. Il y a quelques jours, j’ai reçu plusieurs messages, notamment via Facebook me reprochant mon silence et l’absence de condamnation à propos du fait qu’Amina aurait été agressée et rasée à l’aube en plein Paris par des salafistes. Je n’ai pas répondu à tous les messages mais, dans l’un deux, j’y expliquais justement que la forme de l’eau me paraissait suspecte. Des salafistes qui, en plein potron-jacquet, se baladent du côté de la place de Clichy – un lieu et une heure où, habituellement on tombe sur une autre faune – et qui ont tout le temps de raser les cheveux de la pauvre militante. Bizarre, trop bizarre pour être vrai et cela sans oublier les versions contradictoires livrée par l’intéressée.

Oui, mais la forme de l’eau était tellement belle. Elle collait à ce que certains et certaines aiment à entendre et à lire. Des islamistes radicaux qui s’attaquent en plein Paris à un symbole de la lutte pour les droits de la femme et qui la tondent, c’est-à-dire qui ont recours à cet acte par lequel de pauvres femmes ayant « fréquenté » l’occupant allemand furent traitées. C’est aussi mobilisateur qu’une somalienne réfugiée en Europe qui affirme avoir subi un mariage forcée et qui, une fois démasquée, s’en sort en affirmant que le plus important est que cela aurait pu lui arriver… Concernant ce genre de fable – on pourrait aussi citer la mythomane du RER D - mes confrères américains ont une expression toute faite : « I don’t buy it ». Je n’achète pas. C’est ce que j’ai expliqué ici et là, recevant en retour quelques accusations détestables de misogynie. Ma3liche. Pas grave…

Le fait est que l’on vient d’apprendre que la concernée a été placée en garde à vue pour « dénonciation de délit imaginaire ». L’ex-Femen maintient toutefois ses accusations. Dans cette affaire, comme pour tant d’autres, chacun donnera à l’eau la forme qu’il souhaite…
_

(*) in La forme de l’eau, traduction de l’Italien par Serge Quadruppani avec l’aide de Maruzza Loria.

mardi 15 juillet 2014

La forme de l'eau

_
"Un jour, je vis que mon ami avait mis sur le bord d'un puits une écuelle, une tasse, une théière, une boite à lait carrée, toutes pleines d'eau à ras bord, et qu'il les observait attentivement. 'Qu'est-ce que tu fais ?' je lui demandai. Et lui, à son tour, me posa une question : 'Quelle est la forme de l'eau ? - Mais l'eau n'a pas de forme ! dis-je en riant. Elle prend la forme qu'on lui donne."

in, La forme de l'eau, Andrea Camilleri

samedi 12 juillet 2014

Etre solidaire avec la Palestine

-
Parmi les arguments utilisés pour délégitimer le soutien au peuple palestinien, il en est un particulièrement insidieux. C'est celui qui formule l'accusation selon laquelle cette solidarité serait sélective. Qu'elle serait basée sur un tropisme islamo-arabe (c'est à dire, pour dire les choses plus clairement, raciste, xénophobe et confessionnel) et qu'elle ne relèverait pas d'une simple et sincère adhésion aux valeurs humanistes. En clair, ava...nt de parler de la Palestine et des Palestiniens, nous voici donc sommés de clamer, en préalable, notre soutien à tous les damnés de la terre. Certains le font. Pour se distinguer, pour ne pas se mêler à la foule voire pour plaire au lobby pro-israélien. Pour ma part, je dis que je suis solidaire du peuple palestinien. Point. Et, au passage, je félicite mes confrères d'Al Huffington Post Algeria (à ne pas confondre avec le reste) pour leur une de ce soir !!!
http://www.huffpostmaghreb.com/algerie/

_

La chronique du blédard : Qui, pour aider les Palestiniens ?

 _

Le Quotidien d'Oran, jeudi 10 juillet 2014
Akram Belkaïd, Paris
 
Qui peut aider les Palestiniens ? A l’heure où l’armée israélienne se prépare à une nouvelle offensive terrestre contre Gaza, cette question, hélas récurrente, est encore une fois posée. Qui peut secourir ce peuple brimé, persécuté, qui refuse d’abandonner sa terre (de plus en plus émiettée) et que l’on ne cesse de punir pour cela ? Les Etats-Unis ? Certainement pas. Depuis toujours, l’Oncle Sam prend systématiquement parti pour l’état hébreu Qu’il s’agisse de son administration, de sa diplomatie ou même de ses principaux médias, les Palestiniens seront toujours les fautifs même s’ils meurent par dizaine et que leurs blessés se comptent par centaines.
 
Il y a quelques temps, circulait l’hypothèse selon laquelle Barack Obama prenait ses distances avec Tel Aviv et que cela inaugurait d’un nouveau rapport de forces au Proche-Orient. Il y a eu peut-être quelques velléités de rééquilibrage mais gardons en tête les nombreuses humiliations infligées à la diplomatie étasunienne par le gouvernement Netanyahou comme par exemple l’annonce de la construction de nouvelles colonies dans les Territoires occupés alors même que le Secrétaire d’Etat John Kerry était en visite officielle en Israël. A chaque fois, Washington a encaissé et est passé à autre chose.
 
Non, l’Amérique ne bougera pas. Par faiblesse, par calcul politique aussi. On sait ce que pèse le lobby pro-israélien dans les campagnes électorales. A la télévision, à la radio, dans la presse écrite, les congressmen et tous ceux qui composent le monde politico-médiatique de Washington s’empressent de clamer leur soutien à l’Etat hébreu. Dans le même temps, ils n’ont pas de mots assez durs à l’encontre des Palestiniens. On connaît la ritournelle. Ce seraient eux qui refuseraient la paix. Ce seraient eux les terroristes. Ce seraient eux les empêcheurs de vivre tranquille avec leurs roquettes artisanales qui, on le sait, sont aussi puissantes qu’un F16 ou un char d'assaut…
 
Aux Etats-Unis, les Palestiniens ont aussi un ennemi puissant. Il s’agit de Hollywood et de son industrie cinématographique. Qui peut citer un film produit au cours des vingt dernières années où les Arabes auraient le beau rôle. Où un personnage palestinien serait simplement décrit dans son humanité ? Dans une tranquille normalité ? Bien plus que le discours des politiciens et des médias, le cinéma hollywoodien façonne une représentation manichéenne où les Palestiniens sont les méchants, les créatures irrationnelles voire les héritiers des antisémites européens. Israël, elle, n’est que puissance, beauté, technologie et modernité.
 
Bien sûr, tout le monde n’est pas hermétique au sort des Palestiniens. Dans les milieux universitaires, par exemple, les soutiens se multiplient et la dénonciation de la politique d’apartheid pratiquée par Israël est régulièrement dénoncée. Ce n’est pas négligeable. Cela met du baume au cœur mais, à vrai dire, cela ne pèse guère dans l’appréciation générale. Du moins, pas pour le moment. Quant aux Américains d’origine arabe, il faut juste rappeler que les attentats du 11 septembre 2001 et les évènements qui ont suivi les ont tétanisés. Ce sont des communautés désormais sur la défensive, obligées de démontrer qu’elles sont intégrées et, même si elles n’en pensent pas moins, la question palestinienne n’est pas le genre de sujet pour lequel elles peuvent se mobiliser notamment sur le plan électoral.
 
Qui, pour aider les Palestiniens ? L’Europe ? Si la situation n’était pas aussi tragique, on pourrait en sourire. La chose est désormais entérinée. L’Europe n’est même plus dans la situation où, pour se donner bonne conscience, elle se contentait d’allonger les euros pour financer ce que l’aviation israélienne allait tôt ou tard détruire. A Bruxelles, ses institutions sont travaillées au corps par une armée de lobbyistes au service d’Israël. Bien sûr, la Commission européenne est bien obligée de faire semblant de respecter le droit international qui, par exemple, déclare les colonies illégales. Mais, dans les faits, Israël avance jour après jour ses pions au sein des instances et institutions communautaires. Bien sûr, les Palestiniens sont présents eux aussi à Bruxelles. Mais, de leur propre aveu, la disproportion des moyens est trop importante pour leur permettre de mener une lutte d’influence efficace.
 
Cela étant dit, on doit tout de même rendre aussi hommage aux nombreuses organisations des sociétés civiles européennes qui se mobilisent et donnent de la voix. Leur activisme, leur engagement, font honneur au continent où sont nées les Lumières. A dire vrai, heureusement que ces organisations existent et qu’elles compensent ce que le monde arabe dans son ensemble est incapable de réaliser.
 
Par ailleurs, et à l’inverse de ce qui se passe aux Etats-Unis, les communautés arabes ou musulmanes d’Europe sont moins enclines à se taire. Contrairement à ce qui était le cas il y a quelques décennies – on pense notamment à l’invasion du Liban en 1982 – dire haut et fort son soutien aux Palestiniens et sa détestation de la politique coloniale du gouvernement Netanyahou (ou de ceux qui l’ont précédé) n’est plus rare. Cela ne change pas forcément la donne mais, tôt ou tard, cela aura son importance sur le plan politique et électoral. C’est ce qui explique pourquoi les attaques contre ce type d’engagement sont nombreuses. Menées au nom de la lutte contre le communautarisme voire même de l’extrémisme, elles n’ont pour seul but que de faire taire celles et ceux qui entendent ne pas laisser passer sous silence le déni de droits fondamentaux dont sont victimes les Palestiniens.
 
Qui peut aider les Palestiniens ? Certainement pas les pays arabes et leurs dirigeants corrompus, efficaces quand il s’agit de cogner contre leurs propres peuples mais n’ayant aucun poids pour peser sur l’échiquier géopolitique moyen-oriental. Dans un dossier récent, l’hebdomadaire The Economist a estimé que seule la Tunisie était une démocratie en devenir dans le monde arabe. Confronté à de sérieuses difficultés, ce pays  (qui a déjà payé son écot à la solidarité palestinienne) a des défis vitaux à relever. Quant à ses voisins, proches ou lointains, ils vivent dans le désordre permanent ou se bercent d’illusions quant à leur puissance. Pour eux, la Palestine, c’est loin et ce n’est en réalité qu’un slogan démagogique. De cela, les opinions publiques arabes en sont conscientes et cela entretient une colère que l’on pensait avoir disparu avec les révoltes de 2011.
 
Qui, pour aider les Palestiniens ? Ces armées de djihadistes qui se constituent ici et là avec l’étrange passivité des Etats-Unis et la bénédiction à peine avouée de leurs alliés du Golfe ? Certainement pas. Ces troupes sont bien trop occupées à massacrer leurs coreligionnaires pour se préoccuper du sort d’un peuple qui, finalement, a compris depuis longtemps qu’il ne peut compter que sur lui-même...
_

Gaza : Du silence des personnalités françaises d'origine maghrébine

_
Pourquoi les personnalités françaises d'origine maghrébine se taisent-elles à propos de Gaza ?
Extrait d'une chronique publiée le 29 novembre 2013 dans le Quotidien d'Oran :

La règle implicite est connue de tous et elle ne souffre d’aucune exception. Pour monter en grade, pour réussir, pour ne pas rester en marge du cercle auquel on aspire à appartenir, il faut mettre de côté et taire sa sympathie (éventuelle) pour les Palestiniens. En clair, et c’est une image symbolique, il faut remiser son keffieh. Des grandes figures d’origine maghrébine qui vivent en France, lesquelles peuvent s’exprimer à leur aise à propos de l’insupportable sort d’un peuple qui attend toujours son Etat ? Aucune ou presque. Qui peut tout simplement dire, à une heure de grande écoute, je m’appelle Morad ou Nora, et, sans être un extrémiste ou un antisémite, je soutiens la cause palestinienne et je demande à ce que mon gouvernement, c’est à dire le gouvernement français, fasse tout son possible pour que soit stoppée la colonisation illégale de la Cisjordanie? Personne... Car le faire, c’est prendre le risque d’être jugé trop encombrant et d’être renvoyé à sa cité. C’est prendre le risque de ne plus en être. De voir son ascension (peut-être jugée inespérée par la personne concernée) être brutalement stoppée.
_

vendredi 11 juillet 2014

Jimmy Page et la puissance de Led Zep.

_
Jimmy Page, guitariste légendaire de Led Zeppelin à propos de la puissance dégagée par son groupe.


Le Nouvel Observateur : Ce 10 octobre 1969 à l'Olympia (...) Le groupe dégageait une impression de puissance inouïe. Je n'avais jamais rien éprouvé de tel, même aux concerts des Stones et des Who. Etiez-vous conscient de cette puissance ?
Jimmy Page : Oui, j'ai ressenti cette puissance irrésistible dès la toute première répétition du groupe (Robert Plant, John Bonham, John Paul Jones et moi), dans un local minuscule. (...) Il s'agissait d'une puissance collective : le groupe était plus grand que la somme de ses membres. Et nous avons réussi à canaliser cette puissance en une véritable dynamique qui intégrait des moments de finesse et de fragilité (...) Le terme d'alchimie me semble absolument exact pour décrire le mélange d'influences musicales qui nous insufflait cette dynamique. C'était une inspiration au sens mystique du terme. Et nous accédions effectivement à une autre dimension. La communication entre nous s'apparentait à de la télépathie. Et cette communion d'esprit s'est imposée d'emblée, avant même que le groupe s'aguerrisse. Le plaisir profond que nous prenions à jouer venait aussi de sa plasticité. La veille ou le lendemain, nous n'aurions pas donné le même concert, les morceaux auraient été complètement réinventés. On créait des distorsions temporelles, le temps devenait élastique. C'était exaltant de communiquer cette perception au public.

in Le Nouvel Observateur, 29 mai 2014
_

jeudi 10 juillet 2014

Massacre en asymétrie majeure

_
La pluie crépite sur la vitre. Je la devine glacée et décidée à durer. Ce matin, les nouvelles sont encore plus désespérantes que la veille. Rien n'arrêtera la tuerie. Toujours des morts et des blessés. Et cette saleté de voix qui sort du poste en cherchant absolument à me convaincre du bien fondé des bombardements. Massacre en asymétrie majeure...
Il pleut de plus en plus fort. Dans l'immeuble d'en face, un drapeau brésilien pend encore à une fenêtre. Vrillé, ses couleurs délavées, on dirait une serpillère gorgée d'eau. A chaque fois que le vent le soulève, je pense avec soulagement que quelqu'un le retire enfin. Mais il est toujours là.
A la radio, on me parle d'un pauvre type qui, c'est devenu une habitude, vient de baisser son pantalon.
_

mardi 8 juillet 2014

La mondialisation a tué le (beau) football brésilien

_
Il est des moments où le football s'imprègne d'éléments inexplicable voire surnaturels. C'est ce qui s'est passé durant la rencontre entre le Brésil et l'Allemagne avec cette incroyable défaite des auriverde. Sept buts à un ! Une fessée. Un carnage. Comment expliquer l'inexplicable ? Comment trouver une logique à tout cela au-delà du beau jeu et efficace pratiqué par les Allemands ?

On parlera pendant longtemps de la faiblesse psychologique des Brésiliens. De leur émotivité exacerbée, de la pression populaire qui s'est exercée sur les joueurs, de leurs larmes pendant les hymnes. Dès le départ, lors du match contre la Croatie, on a senti que cette équipe n'était pas un grand Brésil. Exception faite d'un attaquant hors pair, Neymar, et d'une charnière centrale solide, on avait la sensation de voir évoluer une vulgaire équipe européenne de deuxième division.

On parlera aussi de la tactique frileuse imposée par Scolari à l'image d'un Oscar interdit de franchir la ligne médiane lors du quart de finale contre la Colombie. On parlera encore et encore de Fred et de Hulk, deux joueurs qui n'ont rien de brésilien et dont on se demande ce qu'ils faisaient dans cette équipe. On pourra même regretter certaines absences : Coutinho, Lucas et même Ronaldinho sans oublier Kaka. De même, on se demande pourquoi Maxwell n'est pas entré sur le terrain au moment où il était évident que Marcello avait du mal à tenir son couloir.

Mais une chose est certaine. Les joueurs brésiliens ne sont plus ce qu'ils étaient. Le football brésilien a changé. Il a muté. Et la mondialisation en est responsable. Il fut un temps où les joueurs brésiliens ne partaient en Europe qu'à l'âge mûr, après avoir gagné leurs galons chez eux. On pense notamment à Falcao, Zico ou même Socrates sans oublier le roi Pelé qui n'est allé au Cosmos de New York qu'avec le statut de semi-retraité.

Aujourd'hui, les joueurs brésiliens partent très jeunes. Arrivés en Europe, ils perdent de leur spontanéité, s'obligent à lisser leur jeu, à renoncer à la fantaisie et au romantisme qui font le beau jeu. Avec ses contrats mirobolants et son industrie des transferts, la mondialisation tend à uniformiser le jeu dans le sens voulu par les clubs les plus riches, comprendre les Européens. C'est à cela que devraient réfléchir les responsables du football brésilien. Mais une chose est certaine : la défaite du Brésil face à l'Allemagne est peut-être le signe que le beau jeu auriverde n'est rien d'autre qu'un souvenir du XXème siècle. En matière de football, le XXIème siècle a commencé au stade de Bello Horizonte.
_

L'écrivain sud-africain Mark Behr à propos de Nelson Mandela

_

Mark Behr est un écrivain sud-africain (il écrit en anglais et en afrikaner). Il a été soldat et a combattu en Angola.

 
- « Si Nelson Mandela était considéré comme un terroriste par l’Afrique du Sud blanche, d’autres en faisaient autant. Trois ans avant sa libération, après vingt-sept années d’enfermement, Margaret Thatcher, première ministre britannique, parlait encore de l’ANC, dont il était le leader comme d’un ‘’exemple typique d’organisation terroriste’’.  (…)
- Maintenant que le nom de Mandela est universellement célébré, il est gênant de se rappeler que, il y a peu, c’était nous, les gens prétendument civilisés, qui utilisions ce langage pour justifier notre politique et nos guerres ; nous, dont les privilèges, le silence et les actes ont maintenu des gens comme Nelson Mandela en prison, et la majorité des Noirs d’Afrique en situation d’infériorité et de servitude légale. Nous étions des racistes. C’était même sans doute nous, les Blancs – moi compris – les vrais terroristes. (…)
- Sa [Nelson Mandela] volonté d’humaniser l’adversaire et tous ceux qui s’opposaient encore à l’égalité raciale et à la démocratie a changé la nature du discours politique à tout jamais. (…)
- Par ses paroles et ses actes, Nelson Mandela suggère que l’imagination et la responsabilité morale sont au cœur de toute démarche vertueuse. Chez Nelson Mandela, comme chaque jour dans ce pays, nous avons assisté à une libération du potentiel humain sous des formes qui obligent à se demander, parfois avec remords, honte et un sentiment nouveau de responsabilité, ce qu’aurait pu être l’Afrique du Sud – et le monde aussi, d’ailleurs – si l’on n’avait pas laissé le fléau du racisme souiller l’histoire de l’humanité pendant cinq siècles.
- La démocratie ne peut s’épanouir qu’au sein de civilisations ne fuyant pas le dialogue : un dialogue ancré dans le présent, mais qui cherche néanmoins à saisir les rapports entre passé et présent. (…)
- Nelson Mandela nous lègue la certitude que, sans cette forme d’empathie absolue – cet effort d’imagination pour se mettre à la place des autres, les marginaux, les pauvres, ceux qui n’ont toujours pas voix au chapitre, qui possèdent le moins -, il ne pourra y avoir aucun changement personnel, social ou politique, et, à coup sûr, aucune justice.

In Le Monde, 8 décembre 2013 (traduction de l’anglais par France Camus-Pichon)
_

lundi 7 juillet 2014

La chronique du blédard : Des Français qui aiment l’Algérie

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi  3 juillet 2014
Akram Belkaïd, Paris

On ne répètera jamais assez que ce qui entoure le football est souvent plus important que le football lui-même. Les réactions en France liées aux dernières rencontres de l’équipe nationale (EN) algérienne en sont le parfait exemple. De fait, on a beaucoup parlé des débordements de certains « supporteurs » et des multiples incidents qui ont suivi chaque match des Verts. Tapages nocturnes, affrontements avec les forces de l’ordre, voitures et poubelles brûlées, commerces saccagés : une minorité de voyous et de casseurs a souvent réussi à gâcher la (belle) fête.

Comme on le sait, ces comportements inacceptables ont été du pain béni pour l’extrême-droite qui s’est emparée de l’affaire pour dénoncer l’existence d’une cinquième colonne algérienne en France et pour exiger la suppression de la double nationalité franco-algérienne. Dans certaines villes de l’Hexagone, des groupuscules extrémistes ont cherché l’affrontement avec les jeunes issus de l’émigration maghrébine et sub-saharienne. A Bourges, des abrutis ont ainsi brûlé le drapeau algérien en chantant la Marseillaise (l’un d’eux a été identifié par les internautes et son nom circule sur internet. Le pauvre…). A Carcassonne, des parachutistes ont défilé dans la ville avec un drapeau allemand – (un acte nostalgique ?) – après la (très honorable) défaite de l’EN face à la Mannschaft et il semble bien que certains d’entre eux aient mené une ratonade dans un quartier populaire. Enfin, à Nice, le député-maire Christian Estrosi, alias le « motocrate » ou « motodidacte », a décidé d’interdire par arrêté municipal la présence « ostentatoire » de drapeaux étrangers, une mesure, on l’aura compris, qui visait essentiellement l’étendard vert et blanc aux croissant et étoile rouges.

Bien entendu, les médias ont largement relayé ces excès de part et d’autre. Cela a contribué à créer un climat plutôt détestable, pesant. On pense notamment à ce sondage mis en ligne, le dimanche 29 juin, sur le site de l’hebdomadaire Le Point avec cette interrogation : « Faut-il supprimer aux Français d’origine algérienne leur double nationalité ? ». La question, raciste, a fini par être retirée après les protestations de nombreux internautes (elle avait eu le temps d’enregistrer 81% de « oui »…) mais elle mérite un commentaire. Retirer la double nationalité ne veut rien dire sur le plan administratif, légal ou technique. En réalité, Le Point n’a pas osé aller jusqu’au bout de sa pensée en demandant simplement à ses lecteurs s’ils sont d’accord pour retirer ou non leur nationalité française aux binationaux franco-algériens. Car c’est là la vraie revendication de l’extrême-droite et des mouvements facho-identitaires.

Mais il faut se garder de sombrer dans le catastrophisme et en conclure que les temps sont durs pour les Algériens de France, qu’ils aient ou non la double nationalité. Par facilité, par ce pessimisme structurel propre aux journalistes mais aussi par refus d’accepter la réalité, on pourrait s’épancher durant des heures sur cette ambiance frelatée qui offre la possibilité à certains de continuer à revêtir l’habit de la victime persécutée ou celui de leur porte-parole auto-désigné. Oui, il y a des racistes. Oui, il y a des Français qui ne supportent pas la vue du drapeau algérien. Oui, il y a des allumés qui rêvent d’un grand nettoyage ethnique qui, plusieurs siècles après, ferait écho à l’expulsion des morisques d’Andalousie.

Mais combien sont-ils ? Et quelle est la réalité au quotidien ? Le fait est que de nombreux Français, dits de souche, étaient heureux du parcours de l’équipe algérienne dans ce mondial. La joie de nos supporters leur faisait plaisir à voir et a même constitué un élément positif dans un contexte politico-économique des plus maussades. Au fil des jours, exception faite de deux ou trois allusions aux excès de fêtards trop bruyants (relevant aussi de la détestation du football), le présent chroniqueur n’a entendu et reçu que des messages de sympathie et de soutien. Et il ne s’agit pas d’un cas isolé, loin de là. Autrement dit, et contrairement à ce que l’extrême-droite veut imposer comme idée, notamment en donnant l’impression du nombre sur internet grâce à de vraies campagnes organisées, il y a beaucoup de Français qui se sentent proches de l’Algérie. Des Français qui aiment l’Algérie ou, tout du moins, qui ne lui sont pas hostiles. Des Français qui sentent, parfois sans pouvoir l’expliquer, que ce pays de l’autre côté de la Méditerranée leur « parle ».

Ce serait être malhonnête et injuste que de passer cela sous silence. Ce serait continuer d’entretenir de mauvais feux que d’insister uniquement sur la tentation frontiste d’une partie de la classe politique française. Car le vrai problème est là. Ce n’est pas de l’Algérie et des Algériens qu’il s’agit mais de l’incapacité d’une bonne partie des politiciens et médias français – ah ces maudits talk-shows- d’assumer publiquement le fait que la France et l’Algérie sont de plus en plus liées et que leurs peuples respectifs ont une part commune bien plus importante qu’il n’y paraît.

 « En France, l’Algérie est presque partout » m’a dit un jour un confrère parisien. C’est vrai. Mais ce qu’il faut préciser, c’est que contrairement à ce que peuvent laisser entendre les médias et certains politiciens, l’acceptation de cette situation fait son chemin à l’ombre des indignations et des polémiques stériles. Certes, il y a des jours où ces dernières sont difficiles à supporter mais il suffit alors de s’en remettre au réel, à la vie quotidienne, et de débrancher télés et ordinateurs.
_