Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

dimanche 25 mars 2018

La chronique du blédard : Des civils et de ceux qui les bombardent

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 15 mars 2018
Akram Belkaïd, Paris

Quand les bombes pleuvent, le civil n’est plus rien. Ne pèse plus rien. On s’inquiète pour son sort, on pleure sa mort, ses blessures nous horrifient, on défile pour lui, on pétitionne, on clame son indignation, ici ou là, sur les réseaux sociaux, dans la rue ou, tout simplement, au plus profond de sa conscience. Mais, à vrai dire, on n’y peut rien. Depuis l’essor de l’aéronautique, depuis les atrocités du Rif, où s’illustra Pétain, depuis le gazage des tribus irakiennes ordonné par Churchill en passant par Guernica, l’aviation de guerre est une malédiction pour les populations civiles. Un fléau sinistre. Londres, Dresde, Le Havre, Calais, Tokyo, Sakiet Sidi Youssef (8 février 1958, pas vu passer grand-chose pour commémorer ce bombardement…), les Aurès, l’Ouarsenis, le nord du Vietnam, Beyrouth, Bagdad, Sarajevo, Belgrade, Alep, Gaza, la Ghouta, le Yémen : la liste des dévastations venues du ciel et son cortège de populations civiles décimées semble infinie. Elle décrit néanmoins à la perfection l’évolution de l’ordre du monde. Dis-moi qui bombarde et qui est bombardé, et je te dirai qui est le plus fort et qui est le damné. Dis-moi qui a la maîtrise du ciel et je te dirai qui règne vraiment, qui a le pouvoir du feu, qui est mille fois plus puissant qu’une bande d’exaltés en armes dont l’action la plus spectaculaire, et la plus meurtrière, fut justement de transformer des avions civils en bombes volantes.

Cela fait des décennies que les civils meurent sous le fracas censé les libérer. Dans la dialectique qui accompagne ces drames, ils furent considérés comme des victimes innocentes mais, hélas, nécessaires pour que s’accomplisse la liberté. Puis vint le discours des « dommages collatéraux » corollaire du mythe des « frappes chirurgicales ». Le détenteur de la force clamant alors sa capacité technologique à frapper l’objectif militaire tout en épargnant les civils. Clamant aussi sa supériorité morale par rapport à l’ennemi au sol. Aujourd’hui, alors que personne ne gobe plus le blabla du discernement technologique, le civil est désormais la victime de celui qui est au sol et que la bombe vise (et non pas de celui qui bombarde…).

A Gaza, comme à Alep-Est, comme pour la Ghouta damascène, comme pour Afrin au nord de la Syrie, c’est le même discours, les mêmes justifications, les mêmes blâmes moraux, les mêmes accusations. Hélas, oui, les civils meurent sous nos bombes mais, vous savez, c’est la faute de nos ennemis. Ces gens n’ont aucun scrupule, ils empêchent ceux qui n’ont rien à voir avec notre différend de quitter tranquillement les lieux en attendant que nous finissions le travail… Etrange similarité du discours. Tendez-bien l’oreille. A Tel Aviv, comme à Damas, Washington, Moscou ou à Ankara, quelle que soit son idéologie, quelles que soient ses convictions politiques, on dit la même chose. Le civil n’est pas la cible, il est l’otage, le bouclier humain utilisé contre son gré. Si on le tue, c’est la faute des autres, pas la nôtre.

Dès les années 1920, les généraux allemands, tirant les enseignements de la Première Guerre mondiale, théorisaient l’usage de l’aviation pour démoraliser l’ennemi en s’en prenant à sa population civile. Depuis, et au-delà des arguties juridiques sur le droit de la guerre et les propagandes diverses, c’est le même objectif qui est visé. Quand les Américains déversent des « tapis de bombes » sur l’Irak, ce n’est pas uniquement pour mettre en déroute l’armée de Saddam Hussein. C’est, comme l’avait annoncé James Baker à Tarek Aziz, à la fin de l’année 1990 à Genève, pour renvoyer son pays (et sa population) « à l’âge de pierre ». Un bombardement aérien, même lointain, est une somme incroyable de violences. Sans même parler des destructions, des effets de souffle, il faut avoir à l’esprit l’impact effroyable du bruit, notamment sur les plus jeunes, les enfants. Rien ne permet de lutter contre cela.

L’avantage stratégique de l’aviation militaire ne vaut aujourd’hui encore que si la dévastation est totale ou importante. Dans les conflits asymétriques, celui qui bombarde doit être sûr que l’ennemi au sol sera totalement anéanti ou qu’il ne puisse pas se terrer en attendant des combats terrestres dont les états-majors ne veulent plus parce que leurs opinions publiques exigent le « zéro-mort » pour leurs armées. On bombarde et on bombarde encore, ce credo venu des Etats-Unis, survivance de la Seconde Guerre mondiale, est toujours valable. Voilà pourquoi les beaux discours et les larmes diplomatiques à-propos des corridors humanitaires et des trêves à mettre en place pour permettre aux civils de fuir ne tiennent pas la route.


Terminons cette chronique en consacrant quelques lignes aux pilotes. Toute une littérature et filmographie leur ont patiemment bâti une légende et un prestige en insistant sur les fameux duels aériens dont les prémisses remontent à la Grande Guerre. Le « Baron rouge » comme les protagonistes de Top Gun ne tuent pas de civils. Ils abattent des avions (et des pilotes) ennemis. On parle rarement de celui qui bombarde, qui emporte avec lui des centaines de kilogrammes d’explosifs avant de les balancer sur des populations civiles. Notre rapport aux conflits quels qu’ils soient changerait si l’on gardait cela en tête. Devenu un fameux pilote d’essai – il fut le premier homme à passer le mur du son – Chuck Yeager raconte dans son autobiographie comment, alors qu’il était jeune pilote dans l’armée américaine, il reçut l’ordre de mitrailler tout ce qui bougeait sur la partie du territoire allemand assigné à son escadrille. Et d’avouer qu’il eut conscience que cet ordre de démoraliser la population en la décimant relevait bien d’un crime de guerre…
_

Aucun commentaire: