Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

mardi 26 février 2013

DRS par-ci, DRS par-là…

_
C’est un sujet de conversation incontournable. Les Algériens en parlent depuis toujours y compris lorsqu’elle s’appelait Sécurité militaire ou SM. Ils n’ont pas attendu pour cela qu’un ancien cadre de la Sonatrach adresse une lettre au général Toufik pour lui demander de faire toute la lumière sur les affaires de corruption entachant la compagnie pétrolière algérienne. Dans toutes les discussions à propos du pays et de sa situation politique, l’acronyme DRS (pour Département du renseignement et de la sécurité, c'est-à-dire les services de renseignements algériens, revient donc en boucle. Impossible d’y échapper y compris lorsque ce type de discussion a lieu à l’étranger. Bref, le DRS est incontournable au point que cela vire parfois à l’obsession. Un exemple ? L’affaire d’In Amenas, c'est-à-dire l’attaque d’un site gazier dans le sud algérien et la prise d’otage (et l’execution) de plusieurs ressortissants étrangers en janvier dernier. A entendre certains acteurs de la vie politique algérienne mais aussi des « experts » et autres « spécialistes » de l’Algérie, cette attaque et cette prise d’otages serait le fait du DRS et de personne d’autre…

Cette accusation traduit à quel point les opposants au pouvoir algérien réel mais aussi ses contempteurs de l’étranger sont obsédés par le DRS. Clarifions le propos. Il n’entre pas dans mes intentions de défendre le DRS qui, de toutes les façons, n’a besoin de personne pour cela. L’idée est juste de dire que, parfois, la critique rationnelle voire la mise en cause nécessaire cède le pas à l’obsession irrationnelle, complotiste et contre-productive. Comme l’a si bien écrit le journaliste algérien Khaled Ziri, pour la majorité des Algériens, l’attaque de cette usine gazière est surtout un immense échec pour l’Algérie et ses services de sécurité. Dire le contraire, en faisant porter la responsabilité de l’attaque au DRS, c’est donc minimiser cet échec. C’est empêcher de se poser les bonnes questions sur l'incapacité de l’Algérie à prévenir ce genre d’action criminelle. C’est aussi offrir au pouvoir algérien une sorte d’aura, certes sombre mais une aura quand même, puisqu’il serait capable d’organiser une telle opération machiavélique. En réalité, la vraie question, celle que l’on ne doit pas cesser de poser, est la suivante : comment une telle attaque a-t-elle bien pu se dérouler ? En bref, et au risque de faire bondir : accuser le DRS d’avoir mené l’attaque d’In Amenas ce n’est ni plus ni moins que le renforcer en lui prêtant mille et un pouvoirs maléfiques. Oderint, dum metuant : Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent…

Mais les accusateurs du DRS n’en démordent pas. Pour eux, ce sont les "services" et rien d’autre. Quand, avec patience, on leur demande d’expliquer pour quel bénéfice une telle opération aurait été montée, la réponse fuse : « pour obtenir le soutien de l’Occident et de la France » et « pour justifier la participation indirecte de l’Algérie à la guerre dans le Mali ». Ah tiens ? Comme si le soutien occidental à l’Algérie n’était pas garanti depuis déjà une vingtaine d’année, et cela avant, pendant et après la sale guerre. Et comme si le pouvoir algérien avait besoin de se justifier auprès de son opinion publique à propos de son soutien (tiède) à la guerre dans le nord du Mali.

Plus important encore, ceux qui accusent le DRS font mine d’oublier à quel point cette opération a été dévastatrice pour le pouvoir algérien et ce qu’il faut considérer comme étant sa sève vitale, comprendre le système de gestion des hydrocarbures. Dès le lendemain du drame, des compagnies pétrolières occidentales ont plié bagage tandis que les primes d’assurance montaient en flèche. Les hydrocarbures, on le sait, sont le cœur du pouvoir algérien. Sans eux, pas de rente, pas de redistribution et, bien sûr, pas d’enrichissement. De tous temps, le régime a bâti ses diverses stratégies en respectant au moins cette règle : être un fournisseur fiable de l’Europe en matière d’approvisionnements gaziers et pétroliers. En clair, être le meilleur partenaire possible en ce qui concerne la sécurité énergétique européenne. L’attaque du site de Teguentourine a écorné cette image et pousse aujourd’hui les autorités européennes à multiplier les réflexions prospectives quant à une possible interruption des livraisons de gaz algérien. Des acteurs comme le russe Gazprom ou le Qatar s’en frottent les mains car ce genre d’événement renforce leur position en tant que fournisseurs incontournables de l’Europe. Le DRS aurait donc scié la branche sur laquelle le système algérien est assis depuis cinquante ans ? Soyons sérieux.

Bien sûr, l’Algérie a une longue histoire de manipulations et de coups tordus derrière elle. Les accusateurs du DRS ont donc beau jeu, quand ils acceptent de relativiser leur propos tout en disant que cela pourrait être une manipulation ayant mal tourné. Mais là, encore une fois, il faut rappeler que le système algérien, dont le DRS est la colonne vertébrale, n’a jamais joué, ni de près ni de loin, avec les hydrocarbures. Jamais au grand jamais y compris dans les moments où il était le plus vulnérable aux critiques et pressions de la communauté internationale. Et ce n’est pas être un suppôt du pouvoir en place à Alger ou un dangereux naïf que de l’écrire. Ceci étant, on est libre de tout mettre sur le dos du DRS algérien, y compris le réchauffement climatique et la vague d’intempéries qui frappe actuellement le Maghreb central…
Akram Belkaïd
_

2 commentaires:

ahcende a dit…

M. Akram Belkaid. J'ai plaisir à vous lire car lorsque vous ne pouviez donner réponse à certaines questions délicates, vous avez au moins le mérite de poser les bonnes questions. L'attaque commise contre la base de Ain-Amenas, ne profite évidemment aucunement à l'Algérie, ni à son pouvoir officiel, ni aux officines à qui l'on prête le pouvoir de diriger le pays en sous-main. Pourtant lorsqu'il y a un crime qui se commet, il faut bien qu'il profite à quelqu'un. Au Qatar qui peine à trouver de nouveaux clients pour son propre gaz? Aux américains qui cherche à s'implanter dans la région et qui ont besoin de ces guerres pour leur lobbys militaro-industriels? A la France qui est en récession économique et cherche à s'approprier les richesses naturelles de ses anciennes colonies? A eux tous vu qu'on sait qu'ils sont associés pour imposer un nouvel ordre mondial à leur seul profit? Autre question que j'aimerai poser car il me semble bien qu'elle participe à ce vaste complot qui tend à affaiblir l'Algérie, c'est celle se rapportant au livre de Hocine Malti (Histoire secréte du pétrole algérien), l'homme qui au seuil de sa vie se découvre un courage à même d'interpeller le patron du DRS: pourquoi ce monsieur a-t-il choisi les éditions La Découverte pour publier son livre. Ces éditions, M. Akram sont la propriété de François Gèze, l'anti-algérien promoteur du "Qui tue qui"; celui qui a publié entre autres le livre de Souaidia (La sale guerre) et qui depuis une décennie squatte les médias français pour faire accroire à l'opinion internationale que ce sont les militaires qui tuent en Algérie.Pour vous paraphraser M. Akram, je ne cherche pas à défendre le DRS qui n'a sans doute pas besoin de cela, mais je reste un citoyen algérien jaloux de son pays et qu'elles qu'en soient les circonstances. Bien à vous.

Anonyme a dit…

Bonjour,

ON NE PEUT ABSOLUMENT RIEN DIRE .
le régime algérien est trés dangereux , il est capable de tout .
il a instrumentalisé les islamistes pour rester au pouvoir. il a tout fait pour encourager les islamistes a arriver au pouvoir pour pouvoir justifier le coup d'état , meme si c etait un autre parti qui avait gagné les elections , le régime aurait fait la meme chose, ceux qui sucent l'algerie n ont pas tité une seule cartouche a commencer par boumedien
ce ne sont pas les islamistes qui ont égorgé des centaines de personnes a bentalha , c 'est bien le pouvoir, ce ne sont pas les islamistes qui ont tué matoub, boudiaf,... cest bien le pouvoir , la garnde majorité des tueries ont ete commisses par le DRS

le lucide