Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

jeudi 18 septembre 2014

A propos de l'Ecosse,

_
par le chroniqueur A.A. Gill (in Courrier International, 11 septembre 2014)

"Mes liens sociaux avec l'Ecosse sont peu nombreux, mais ce sont des liens du sang, et ils sont intenses; C'est là que je ressens l'étreinte et le pouls du mythe de ma création (...)
"Je suis écossais juste assez pour ne jamais me revendiquer anglais, mais pas au point de ne pas me sentir européen.
"La culture écossaise a toujours été aussi idéalisée que moquée au sud de notre frontière. Nombre de ses attributs ont précisément été inventés pour se faire bien voir des Anglais, pour être mieux acceptés, pour manifester notre bonne volonté, pour dissiper les craintes et engranger des bénéfices : je veux parler du shortbread et du tartan. Les Ecossais sont divisés sur la question de la cornemuse et de la danse du sabre, des plumes d'aigle et des visages peinturlurés. Beaucoup de ces symboles ont été créés pour vendre des torchons et des cakes aux fruits confits (...)
" Ce Royaume-Uni n'a jamais été un mariage entre partenaires égaux, que ce soit socialement, économiquement ou en termes d'égalité des chances, mais c'était une union intellectuelle (...) C'est au cœur du nord, méprisé, moqué, ignoré qu'est apparu un âge d'or des Lumières. Adam Smith, David Hume, Allan Ramsay et les frères Adam se sont rencontrés au Select Club (...)
"La première chose qu'ont faite tous les Ecossais est de prendre des cours de diction pour perdre leur accent honteux. Voilà l'authentique contradiction de ma ville natale: nous sommes la fois supérieurs et décevants"
_

Aucun commentaire: