Retours en Algérie

Retours en Algérie
dernier ouvrage paru : Retours en Algérie (Carnetsnord) lien : http://retours-en-alg.blogspot.fr/

lundi 24 novembre 2014

La chronique du blédard : Du marasme et du mérite en France

_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 20 novembre 2014
Akram Belkaïd, Paris

C’est la chronique d’un pays, la France, où tout semble aller de travers. Un pays où les inégalités explosent et où le sentiment général est que les choses vont de mal en pis. Et s’il faut encore s’en convaincre, il suffit de jeter un coup d’œil aux principaux éléments d’un sondage réalisé début octobre par la Sofres pour le compte de la Fédération des pupilles de l’enseignement public (PEP). Bien sûr, il faut toujours se méfier des sondages et de leurs conclusions surtout quand on sait qu’ils ont été réalisés via internet auprès d’un « échantillon représentatif » d’un millier de personnes… Mais, dans le même temps, il faut se garder de toute indifférence et prendre le temps de réfléchir aux conséquences de la situation telle qu’elle est décrite.

Le point principal est qu’une grande majorité de Français estime que leur société est inégalitaire surtout dans les domaines de l’emploi, du logement et de la santé. De façon générale, ils sont ainsi 78% à penser que les droits et devoirs ne sont pas les mêmes pour tous. Un chiffre impressionnant qui, à une autre époque, aurait pu être qualifié de « pré-révolutionnaire » voire de « pré-insurrectionnelle ». En clair, le deuxième pilier du triptyque républicain, l’Egalité, n’aurait plus aucun rapport avec la réalité du pays. Cela suffit presque à expliquer la montée en force du Front national et de la mouvance populiste et xénophobe qui l’accompagne. Pour qui voyage régulièrement dans l’Hexagone et qui garde à l’esprit que Paris, ses quartiers pour bobos et ses talk-shows débiles ne sont pas la France, une telle réalité n’est guère étonnante. Il suffit de s’installer à la table d’un café ou d’un buffet de gare et d’ouvrir les oreilles pour en prendre la mesure.

Car, contrairement à une idée reçue, l’essentiel de la discussion, celle où s’expriment la colère et le ressentiment, n’a que peu à voir avec les étrangers voire les musulmans. Du moins, pas de manière principale. Le vrai sujet, celui qui revient en boucle, celui qui est évoqué partout, y compris dans les files d’attentes dans les agences de l’Etat, c’est celui de l’inégalité. On parle de celles et ceux qui tirent leurs épingles du jeu sans trop d’efforts. On tire à vue sur les profiteurs mais, et c’est de plus en plus fréquent, on s’empresse de préciser qu’il ne s’agit pas des petits fraudeurs aux prestations sociales. En fait, ce sont « les gros » qui sont visés car identifiés comme étant ceux qui exagèrent et qui n’ont aucun scrupule à profiter du système. Et, chaque jour ou presque, l’actualité conforte cette certitude.

La liste est longue. Des élus que la justice a déjà condamnés et qui continuent à multiplier les prébendes en sachant utiliser à leur avantage les méandres compliqués du système judiciaire. Un personnel politique, on le découvre au gré des affaires, qui fonctionne en cercle fermé où époux, épouses, maîtresses, amants et autres camarades de promotion se partagent les meilleurs postes, cumulant les mandats, les salaires et autres compensations. Des malins qui fraudent le fisc et refusent de payer leur écot à la collectivité. En somme, la chronique habituelle du pouvoir, de l’argent, des copains et des coquins… Effectivement, ce n’est guère nouveau. Mais dans le dix-neuvième siècle de Balzac ou dans les affaires putrides qui ont secoué la Troisième République, internet et ses réseaux sociaux n’existaient pas. Aujourd’hui, la moindre dépêche, le moindre ragot est diffusé en temps réel, aggravant la certitude du « tous pourris ».

Cela étant dit, on se demande souvent pourquoi la France ne connaît pas une protestation d’ampleur comparable à ce qui s’est par exemple passé avec les Indignés de nombreux pays notamment en Espagne. La réponse la plus souvent avancée est que les amortisseurs sociaux jouent encore leur rôle. En examinant le sondage cité au début de ce texte, on se rend compte qu’un autre élément prime. De nombreux Français sont convaincus qu’il est des inégalités « normales » car fondées sur le mérite. Et c’est sur cette notion de mérite que les politiques et, de façon plus générale, les élites, y compris économiques, ont longtemps réussi à assoir leur position en haut de l’échelle. L’idée que l’on ne peut arriver au sommet sans avoir le bagage intellectuel nécessaire et sans avoir consenti d’importants sacrifices reste, malgré tout, très répandue et nombreux sont celles et ceux qui en tirent profit.

A cela, et concernant toujours la notion de mérite, s’ajoute une vision particulière de la société française et de la place que chacun peut y occuper. Interrogé par le quotidien Le Monde, Louis Morin, directeur de l’Observatoire des inégalités, dresse un constat sévère. En France, explique-t-il, « l’on est toujours ‘en-dessous’ de quelqu’un ; chacun peut se sentir lésé par rapport à une frange supérieure de la population (…) derrière les discours officiels, se cache une société très formaliste, très segmentée. Très hypocrite, par exemple, dans le domaine de l’éducation, ou plus généralement vis-à-vis des milieux populaires, peu diplômés » (*).

Donner le sentiment aux autres, c’est-à-dire les possibles contestataires, que si l’on est dans une position enviable c’est parce qu’on le mérite est une tactique de communication bien connue. Elle est d’autant plus efficace qu’il s’agit de donner le sentiment à tout un chacun que, lui aussi, mérite plus que d’autres et qu’il lui faut donc veiller à ne pas trop remettre en cause l’ordre établi. Le problème, c’est que les scandales et le marasme économique sont en train de fragiliser ce genre de stratégie. Dans un contexte où (presque) personne ne croit plus à l’ascenseur social et, encore moins, à la lutte des classes, on est en droit de se demander sur quoi va déboucher cette situation.

(*) Le Monde, 18 novembre 2014.
_

Aucun commentaire: