Retours en Algérie

Retours en Algérie
dernier ouvrage paru : Retours en Algérie (Carnetsnord) lien : http://retours-en-alg.blogspot.fr/

mercredi 8 mars 2017

FC Barcelone 6 PSG 1 !

_
Ces derniers jours, il s’est passé quelque chose d’étrange autour du PSG. Plus le match retour contre le Barça approchait (rappelons que le match aller s’est soldé par une victoire du PSG par 4 buts à 0 à Paris) et plus une petite musique se faisait entendre. Au lieu de voir venir le match tranquillement, avec assurance et sérénité, le monde du football français a joué à se faire peur. Les médias, les consultants, les anciens joueurs, la grande majorité a commencé à se demander si la victoire du Barça était possible, si l’arbitre désigné était à la hauteur…
Cette inquiétude diffuse traduisait certainement une chose : la France n’est pas une terre de football. Elle a de grands footballeurs, de belles équipes, mais l’environnement général n’est pas à la hauteur. Un Bayern de Munich ayant emporté le match aller avec un score de 4-0 n’aurait jamais fait l’objet de pareilles inquiétudes en Allemagne et aurait fait le déplacement pour le retour avec la foi en lui-même.

On parlera pendant des années de ce match. C’est évident. Il est aussi évident que le PSG va être montré du doigt et aura du mal à s’en remettre. On imagine déjà les plaisanteries récurrentes à son sujet… Gageons aussi qu’il sera désormais de nouveau question d’un éventuel désengagement du Qatar du football français. Depuis plusieurs mois des rumeurs en provenance de Doha font état d’une certaine impatience de l’émir vis-à-vis d’une équipe qui n’arrive donc pas à entrer dans le dernier carré européen. En ces temps où le prix des hydrocarbures restent inférieurs à 60 dollars, l’émirat comme ses voisins du Golfe, doit faire des économies...


Le pire dans l’affaire, c’est que ce n’est pas un grand Barça qui l’a emporté (avec un Messi peu inspiré). Hormi quelques périodes de grande intensité (notamment au début et à la fin), le match a été plaisant, sans plus. Il ne restera dans les mémoires que les cinq dernières minutes, celles où, grâce notamment à Neymar (qui vient de montrer qu’il mérite de succéder à Messi dans le rôle de patron de l’équipe) le Barça a forcé le destin. On retiendra aussi que c'est le coup-franc de Neymar qui a fait basculer le match. 

Mais la conclusion de tout cela, c’est que le football demeure un sport de surprises, celui où tout est possible. En comparaison de la marche tragique du monde, cela peut paraître puéril de s’enthousiasmer pour cela. Mais après un tel exploit, il ne faut pas bouder son plaisir.
_

Aucun commentaire: