Lignes quotidiennes

Lignes quotidiennes
Dernier ouvrage paru : Pleine Lune sur Bagdad : http://pleinelunebagdad.blogspot.fr/

jeudi 20 juin 2013

La chronique économique : Le Qatar fait son marché (suite…)

_
Le Quotidien d'Oran, mercredi 19 juin 2013
Akram Belkaïd, Paris
 
Combien de milliards de dollars le Qatar va-t-il dépenser en 2013 en matière de placements et d’investissements à l’étranger ? La question n’est pas anodine car l’émirat qui détient les troisièmes réserves mondiales de gaz naturel est devenu l’un des acteurs principaux de la recomposition de la scène capitalistique mondiale. Selon les estimations qui circulent à la City de Londres, le Qatar devrait ainsi dépenser un minimum de 50 milliards de dollars cette année en prises de participations boursières ou en acquisitions directes.
 
Investissements dans l’énergie et la finance
 
Récemment, et à en croire le site financier Wansquare, Qatar holding, l’un des bras armés de l’émirat en matière d’investissements étrangers, a augmenté sa part dans le capital de la compagnie pétrolière française Total. Cette dernière serait ainsi passée de 3% à 4,8% ce qui fait du Qatar le deuxième actionnaire de Total après le financier belge Albert Frère qui en détient 5,4% via ses multiples sociétés. On notera que le Qatar n’a pas franchi le seuil des 5% du capital ce qui l’aurait obligé à faire une déclaration officielle à l’Autorité française des marchés financiers (AMF). Par ailleurs, les spécialises rappellent que Total est très impliqué dans l’exploitation du gaz nature qatari et que les deux parties sont engagées dans un partenariat en Afrique. Qatar Petroleum Investment vient d’acquérir 15% de la filiale d’exploration-production de Total au Congo-Brazzaville.  Un investissement stratégique qui contribuera au financement de l’investissement de 10 milliards de dollars de Total pour le développement du gisement congolais Noho nord.
 
La frénésie d’acquisitions du Qatar ne se limite pas à l’énergie ou aux investissements de prestige pour ne pas dire « bling-bling » (PSG en France, grands magasins à Paris ou Londres,…). A ce jour, il détient 7% du groupe français Vinci, 12% de Lagardère, 5% de Veolia environnement, 1% de LVMH et 3% de Vivendi pour ne parler que des « pépites » françaises. En Allemagne, il détient 17% du capital de Volkswagen après avoir vendu les 10% qu’il détenait de Porsche. Le fonds souverain Qatar Investment Authority a aussi pris des parts dans Deutsche Bank et dans la banque russe VTB. Des opérations qui confirment l’intérêt de l’émirat pour le secteur bancaire et financière puisqu’il est déjà présent dans le capital des établissements suivants : Barclays, Credit Suisse, Agricultural bank of China et Santander Brasil.  Cinq ans après la crise financière de 2008, la présence du Qatar dans le secteur bancaire peut être interprétée de deux manières complémentaires. D’une part, l’émirat a profité de rachats à bon compte et, d’autre part, comme d’autres pays du Golfe, il a été encouragé par ses partenaires européens et étasunien à recycler une partie de ses gazodollars pour relancer l’économie mondiale, et plus précisément occidentales. Ainsi, ces négociations en cours entre Doha et Londres pour que le Qatar investisse 115 milliards d’euros dans les grands projets d’infrastructures britanniques (centrales nucléaires, champs d’éoliennes, etc…).
 
Quel impact après le retrait de l’émir ?
 
Il reste à savoir comment va évoluer la politique d’investissement du Qatar dans la perspective des changements annoncés à sa tête. On le sait, l’émir Hamad ben Khalifa al-Thani, 61 ans, devrait bientôt passer le témoin à son fils le cheikh Tamim, 33 ans, tandis que l’ossature du gouvernement qatari devrait être profondément modifiée avec le retrait possible du très influent et remuant Cheikh Hamad bin Jassim al-Thani, 54 ans et actuel Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. Pour autant, la majorité des experts estime que cette recomposition ne devrait pas bouleverser l’activisme financier du Qatar sur les marchés internationaux. A une réserve près : les dépenses de prestige pourraient être plus discrètes afin de contenir l’irritation croissante de la faction conservatrice de la famille régnante.

Aucun commentaire: